Publicité

QUESTION D'ACTU

Etude sur plus de 9 millions de malades

Cancer : la prise en charge française est parmi les meilleures d’Europe

En Europe entre 1999 et 2007, tous les cancers ont vu leur taux de survie à 5 ans progresser. Et la France fait figure d'exemple, notamment grâce à ses programmes de dépistage.

Cancer : la prise en charge française est parmi les meilleures d’Europe LYDIE/SIPA

  • Publié 05.12.2013 à 06h30
  • |
  • |
  • |
  • |


Toutes les comparaisons européennes publiées en ce moment ne nous sont pas défavorables, au contraire. Si notre système scolaire ne caracole pas en tête des classements internationaux, notre système de santé fait plutôt des envieux. Parmi 29 pays européens, la France est en effet l’un de ceux où les chances de survivre à un cancer sont les plus élevées, quel que soit sa localisation et l’âge du malade. La revue spécialisée Lancet Oncology publie aujourd’hui deux grandes études issues du projet EUROCARE regroupant les données de 107 registres de cancers de 29 pays européens. En analysant les données de plus de 9 millions de cancers diagnostiqués chez des adultes et 60 000 chez des enfants entre 1999 et 2007, les chercheurs italiens auteurs de ce travail démontrent que la lutte contre le cancer a progressé dans tous les pays d’Europe et pour tous les types de cancer.


Prostate, rectum, lymphome, leucémies : des progrès majeurs

Chez l’adulte, l’amélioration de la survie à 5 ans est particulièrement notable pour le cancer de la prostate (la survie est passée de 73% en 1999 à 82% en 2007), pour celui du rectum (de 52 à 58%) et pour le lymphome non hodgkinien, un cancer du système immunitaire (de 54 à 60%). « Les explications les plus probables de cette amélioration de survie pour le lymphome non hodgkinien et le cancer rectal sont des médicaments plus efficaces et de meilleures techniques chirurgicales. Tandis que le diagnostic précoce, la détection des cancers à évolution lente et le sur-diagnostic lié à l’augmentation des dosages du PSA explique la hausse importante du nombre de patients survivant à un cancer de la prostate », précise le Dr Roberta De Angelis, chercheuse à l’Institut Supérieur de Santé de Rome et co-auteur de l’étude.

Parmi les cancers pédiatriques, les progrès les plus marqués concernent les cancers du sang et le lymphome non hodgkinien, soit plus du tiers des cancers chez l’enfant. Le risque d’en mourir dans les 5 ans après le diagnostic a chuté de 5% chaque année entre 1999 et 2007.

 

Cancers digestifs, poumon, cerveau : le pronostic reste mauvais

Parmi les 10 cancers les plus fréquents, ceux du poumon et de l’estomac restent de mauvais pronostic. En France, le taux de survie à 5 ans n’est que de 26,3% pour le cancer de l’estomac et de 13,8% pour les tumeurs pulmonaires. Dans tous les pays européens, les cancers de la plèvre et du pancréas restent les plus meurtriers avec moins d’un patient sur 10 qui survit 5 ans après le diagnostic. Faute de grande avancée thérapeutique, seule la prévention pourra permettre de lutter contre ces cancers pour lesquels les consommations d’alcool et de tabac sont des facteurs de risque importants.

Chez l’enfant, en cas de tumeurs du système nerveux central (2e type de cancer pédiatrique le plus fréquent), le taux de survie reste faible avec 58%.


Mieux vaut avoir un cancer en France qu’au Royaume-Uni

Programmes de dépistage, accès aux traitements innovants et plans nationaux, la France a des atouts dans la lutte contre le cancer, qui lui permettent d’avoir des taux de survie à 5 ans parmi les meilleurs d’Europe pour les 10 cancers les plus fréquents.

Le Royaume-Uni et le Danemark se distinguent par leurs taux de survie plus bas que ceux de leurs voisins, notamment pour les cancers du colon, de l’ovaire et du rein. Selon les auteurs, c’est le retard au diagnostic dû à la faiblesse du dépistage qui explique ces disparités. Découverts à des stades plus avancés, les tumeurs ne peuvent plus être traitées avec les traitements actifs en phase précoce et le risque de décès augmente.     


Les pays de l’Est de l’Europe (Bulgarie, pays baltes, Lithuanie, Pologne et Slovaquie) ont les taux de survie les plus faibles qu’il s’agisse des cancers de l’adulte ou de l’enfant. En cause, « la faiblesse des fonds publics investis, le manque de plans cancer nationaux et l’accès inadéquat aux programmes de dépistage et aux protocoles de traitements les plus récents », écrivent les auteurs dans le Lancet Oncology. Mais ils soulignent que le fossé entre l’Est et l’Ouest est progressivement en train d’être comblé. Par exemple, dans la lutte contre le cancer du sein, le taux de survie à 5 ans est passé entre 1999 et 2007 de 70 à 75% quand les pays à la pointe en Europe n’ont réussi à progresser dans le même temps que de 82 à 85%.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité