Publicité

QUESTION D'ACTU

107ème Congrès Français d’Urologie

La paternité tardive peut nuire à l'enfant

Alors que les urologues reçoivent de plus en plus d’hommes désirant un enfant après 50 ans, ces spécialistes rappellent les risques pour l’enfant. 

La paternité tardive peut nuire à l'enfant Gerard Fritz / Rex Feat/REX/SIPA

  • Publié 20.11.2013 à 12h28
  • |
  • |
  • |
  • |


Le nombre d’hommes de plus de 50 ans qui divorcent, s’unissent à une femme plus jeune et souhaitent concevoir un enfant serait en constante augmentation. De fait, d’après l’Association française des Urologues (AFU) réunie à partir d’aujourd’hui en congrès à Paris, le nombre de consultations d’hommes âgées de 50 ans et plus, préoccupés par leur fertilité progresse. Même si ces derniers n’ont pas toujours encore vraiment essayé lorsqu’ils consultent, ces hommes souhaitent évaluer leurs chances et les risques liés à une nouvelle paternité

 

Ecoutez le Pr Stéphane Droupy, urologue au Chu de Nîmes : « En Angleterre, on sait que le taux de pères de plus de 50 ans a augmenté de 40%, on est passé de 6000 naissances en 1998 à plus de 8500 naissances en 2010. »

 

« La question de la fertilité après 50 ans se pose aussi dans d’autres situations, comme la découverte d’un cancer de la prostate, chez un homme vivant avec une femme plus jeune, avec un désir d’enfant, précise le Pr Stéphane Droupy, urologue au Chu de Nîmes et responsable du comité d’andrologie et de médecine sexuelle de l’AFU. Ils nous consultent notamment pour des pathologies en lien avec la prostate qui peuvent avoir un impact sur leur fertilité. Lorsqu’on leur prescrit certains traitements délétères pour leur fertilité, il faut pouvoir anticiper ce désir d’enfant, et trouver avec eux des solutions ». Cependant les urologues rappellent qu’il est important que ces hommes soient correctement informés de l’augmentation de certains risques, liés à l’âge paternel, pour l’enfant.

 

Pour les hommes aussi, les chances de concevoir diminuent avec l’âge

Si la diminution de la fertilité avec l’âge est bien connue chez les femmes, ce que l’on sait moins, c’est que les chances de procréer pour les hommes elles aussi, s'amenuisent au fil des années. D’après les spécialistes, les probabilités de conception dans les six mois décroissent de 2% chaque année après la 24ème année du géniteur. Et pour une grossesse dans un délai d’un an, elles chuteraient de 3% chaque année. Les experts précisent également que dans lorsque les deux membres d’un couple avancent en âge, cela augmente encore davantage les difficultés pour concevoir.
Par ailleurs, l’âge paternel tardif influencerait également le risque de fausse couche de sa partenaire. En effet, une étude française réalisée en 2008 sur plus de 21 000 inséminations artificielles a montré que le taux de fausse couche était de 10 à 15% pour les couples où le père avait moins de 30 ans, contre 35% quand il avait plus de 40 ans. « Ce risque augmenté de fausse couche est probablement lié au fait que les spermatozoïdes de l’homme qui avance en âge présentent plus d’anomalies génétiques. Le système naturel de contrôle de la femme conduit donc plus souvent ces grossesses à une fausse couche »,  explique le Pr Droupy.

 

Ecoutez le Pr Stéphane Droupy : « Les caractéristiques du sperme changent avec l’âge, il y a une diminution de la mobilité des spermatozoïdes, du volume de l’éjaculat. Mais ces paramètres restent dans des limites possibles de fertilité. »

 

Risques d’autisme ou de trisomie pour l'enfant

Bien que de nombreuses données aient été publiées sur le désir d’enfant chez les femmes plus âgées et ses conséquences parfois néfastes sur la santé de leurs enfants, on évoque moins souvent celles des paternités tardives. Pourtant, ces dernières années, la littérature scientifique recense l’augmentation de plusieurs risques liés à l’âge du père.
En 2005 par exemple, une étude faisait état d’une augmentation du risque de trisomie 21 dès l’âge de 35 ans. Ce même risque était multiplié par 3,2 si l’homme avait plus de 50 ans. Les spécialistes de l’AFU précisent également qu’après 50 ans, il y a une augmentation de la fréquence de certaines mutations génétiques. Des mutations génétiques qui peuvent même avoir un effet cumulatif sur plusieurs générations. Ainsi, le risque que l’enfant à naître soit atteint d’achondroplasie par exemple, l’une des formes les plus courantes de nanisme, serait augmenté par 7,5 chez les pères de plus de 50 ans.
Par ailleurs, les hommes entre 50 et 55 ans auraient deux fois plus de risque d’avoir des enfants autistes et 4,4 fois plus de risque après 55 ans. Enfin, d’autres études récentes ont également rapporté une élévation du risque d’avoir des enfants souffrant de schizophrénie ou de troubles bipolaires.  

 

Ecoutez le Pr Stéphane Droupy : « Pour les centres de PMA, cela implique la nécessité de choisir la limite supérieure de l’âge paternel qui aujourd’hui n’est pas fixé par la loi alors que pour les femmes c’est 43 ans. »

 

 

 

Pour les spécialistes de l’Association Française d’Urologie, il est donc aujourd’hui nécessaire de mieux informer les hommes sur les risques induits par les paternités tardives. Il est important que les hommes en prennent conscience, d’autant plus lorsqu’ils ne consultent pas particulièrement de médecin pour concevoir. « Il y a quand même un certain nombre d’hommes qu’on ne voit pas en consultation et qui ont un projet d'enfant avec une femme plus jeune par exemple. Comme cela a été mis en place pour les femmes notamment avec l’amniocentèse, il faut que les hommes de plus de 50 ans aussi soient informés de ces risques », conclut le Pr Droupy. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité