Publicité

QUESTION D'ACTU

Dépistage du VIH

Sida : feu vert pour les autotests de dépistage en 2014

Les autotests VIH devraient faire leur arrivée sur le marché français d’ici 2014. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a donné son feu vert officiel.

Sida : feu vert pour les autotests de dépistage en 2014 L'autotest salivaire OraQuick (TRIPPLAAR/SIPAUSA/SIPA)

  • Publié 07.11.2013 à 17h33
  • |
  • |
  • |
  • |


Les associations de lutte contre le sida les réclamaient depuis longtemps : les autotests VIH seront disponibles en France à partir de 2014. La ministre de la Santé, Marisol Touraine, a fait cette annonce ce 7 novembre, au cours d'une audition auprès d'une commission parlementaire sur les financements de la santé. Elle déclare avoir donné « le feu vert » pour envoyer les demandes d’autorisation. Ces tests à réaliser soi-même permettent de savoir rapidement si l’on est porteur ou non du virus du Sida, le VIH.

 

Des tests fiables à 98,5%

Les autotests VIH proposent deux solutions. Certains utilisent un échantillon de salive, d’autres du sang, prélevé au bout du doigt. Dans les deux cas, ils recherchent des anticorps spécifiques qui sont produits en cas d’infection au VIH. En quelques minutes, ils délivrent un diagnostic positif ou négatif. Un test sanguin est fiable à 98,5%. Pour un test salivaire comme celui commercialisé aux Etats-Unis, OraQuick, la fiabilité est de 93% selon le Comité consultatif national d’éthique (CCNE). Toutefois, comme pour un dépistage traditionnel, le test doit être effectué deux à trois mois après le rapport sexuel à risque.

 

Les autotests VIH, comme leur nom l’indique, peuvent être réalisés par le patient lui-même. Ils fonctionnent de la même manière que les tests rapides à orientation diagnostique (TROD), un encadrement hospitalier n’est donc pas nécessaire. La ministre de la Santé a précisé que ces tests seraient destinés à un public qui ne se rend ni en centre de dépistage, ni en hôpital. En décidant de commercialiser un tel dispositif, Marisol Touraine fait un pas vers les populations isolées. Il doit encore recevoir le marquage CE pour être commercialisé dans l’Union Européenne.

 

400 nouvelles infections évitées

Depuis 1996, les Etats-Unis proposent des autotests VIH. En mars dernier, le Conseil national du Sida (CNS) a émis un avis favorable. Il estime, en s’appuyant sur les projections américaines, que l’introduction des autotests éviterait 400 nouvelles infections chaque année. Le dispositif permettrait aussi de découvrir 4 000 séropositivités. Le CCNE lui, insiste sur le besoin d’encadrer ces tests pour éviter d’une part les erreurs d’interprétation, d’autre part les abus. En exemple, il cite les tests forcés à l’embauche.

 

En 2011, selon l’Institut de veille sanitaire (Invs), 6 100 personnes ont découvert leur séropositivité. Mais on estime que 30 à 40 000 ignorent toujours qu’elles sont porteuses du VIH. Dans son bulletin épidémiologique hebdomadaire du 22 octobre 2013, l’INVS déplore par ailleurs un nombre insuffisant de dépistages. Les autotests pourraient combler ce manque. Ils ne sont cependant pas destinés à supplanter le dépistage traditionnel. Comme les TROD, ils servent à guider les patients vers le dépistage, tout en rendant un tel examen moins formel.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité