• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Étude

Il existe en réalité deux types d’obésité !

Dans une étude, des chercheurs ont identifié deux sous-types d'obésité distincts, présentant des différences physiologiques et moléculaires qui pourraient avoir un impact sur la survenue des maladies et la réponse aux médicaments.

Il existe en réalité deux types d’obésité ! Ahmad Darmansyah/iStock


  • Publié le 14.09.2022 à 18h01
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Seuls 30 à 50 % des résultats des traits humains peuvent être liés aux gènes ou aux facteurs environnementaux.
  • L’ épigénétique pourrait agir comme un interrupteur qui allume ou éteint les gènes, ce qui peut favoriser une meilleure santé ou l’apparition de maladies.

"Près de deux milliards de personnes dans le monde sont considérées comme étant en surpoids et plus de 600 millions de personnes souffrent d'obésité. Pourtant, nous ne disposons d'aucun cadre pour classer les malades en fonction de l'étiologie plus précise de leur pathologie". C’est ce qu’a déclaré J. Andrew Pospisilik, président du département d'épigénétique du Van Andel Institute (États-Unis) dans un communiqué.

Une mesure imparfaite

Il a rappelé qu’actuellement, l'obésité est diagnostiquée à l'aide de l'indice de masse corporelle (IMC), un indice corrélé à la graisse corporelle qui est trouvé en comparant le poids par rapport à la taille. Selon J. Andrew Pospisilik, il s'agit d'une mesure imparfaite, car elle ne prend pas en compte des différences biologiques sous-jacentes et peut donner une fausse idée de l'état de santé d'un individu.

Afin de pouvoir correctement classer les patients en fonction des causes de leur maladie, J. Andrew Pospisilik et un groupe international de chercheurs ont réalisé une étude publiée dans la revue Nature Metabolism. Dans le cadre de ces travaux, ils ont combiné des cohortes menées dans un laboratoire auprès de modèles de souris et une analyse approfondie des données de TwinsUK, le plus grand registre britannique de jumeaux au Royaume-Uni.

"Deux sous-types métaboliques distincts d'obésité"

"En utilisant une approche purement axée sur les données de jumeaux, nous constatons pour la première fois qu'il existe au moins deux sous-types métaboliques distincts d'obésité, chacun ayant ses propres caractéristiques physiologiques et moléculaires qui influencent la santé", a indiqué J. Andrew Pospisilik.

L'un des sous-types d'obésité se caractérise par une masse graisseuse plus importante, tandis que l'autre se caractérise à la fois par une masse graisseuse et une masse musculaire plus importantes. L’équipe a constaté que le second sous-type d'obésité était également associé à une inflammation accrue, qui peut augmenter le risque de certains cancers et d'autres affections.

Des changements dans l'activité des gènes

Après avoir découvert les deux sous-types d’obésité grâce aux données portant sur les êtres humains, les scientifiques ont vérifié les résultats dans des modèles de souris. Cette approche a permis aux scientifiques de comparer des souris génétiquement identiques, élevées dans le même environnement et nourries avec les mêmes quantités de nourriture.

"Les résultats obtenus en laboratoire sont presque identiques à ceux des jumeaux humains. Nous avons à nouveau observé deux sous-types distincts d'obésité, dont l'un semblait pouvoir être déclenché par voie épigénétique et était marqué par une masse maigre plus élevée et une masse grasse plus importante, des signaux inflammatoires élevés, des taux d'insuline élevés et une forte signature épigénétique", a expliqué J. Andrew Pospisilik.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES