• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Étude

Les commotions cérébrales se répercutent sur les performances scolaires

Les adolescents qui ont eu une commotion cérébrale dans l’année ont plus de chance d’avoir de mauvais résultats à l’école, selon une nouvelle étude américaine.

Les commotions cérébrales se répercutent sur les performances scolaires Pornpak Khunatorn/iStock


  • Publié le 13.09.2022 à 16h10
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une commotion cérébrale est une lésion cérébrale temporaire causée par un coup ou une secousse à la tête. 
  • Les signes courants d'une commotion cérébrale comprennent une perte de conscience, des étourdissements, un regard vitreux dans les yeux, des maux de tête, une amnésie, des vomissements, des problèmes de mémoire et une perte de concentration.
  • Elles peuvent entraîner des changements physiques, cognitifs et émotionnels durables.

Selon une étude publiée en ligne dans la revue Injury Prevention, les adolescents qui ont subi une commotion cérébrale au cours des 12 derniers mois pourraient être 25 % plus susceptibles d'avoir de mauvais résultats scolaires que les jeunes qui n'ont pas subi de commotion cérébrale. Les auteurs, dans leur conclusions, appellent à poursuivre "les efforts de prévention des blessures en milieu scolaire, la promotion du port du casque, le dépistage à l’école des commotions cérébrales et le respect des directives de retour au jeu et de retour à l'apprentissage” afin de réduire les risques liés au commotions.

14,9 % des élèves interrogés ont eu au moins une commotion cérébrale

L’équipe de chercheurs de l'université de Washington à Seattle a analysé les données d’une enquête de 2019 sur les comportements à risque des jeunes - une enquête semestrielle qui surveille les risques pour la santé chez les étudiants à travers les États-Unis. Sur plus de 10 000 élèves du secondaire analysés, 14,9 % ont déclaré avoir eu au moins une commotion cérébrale liée au sport et à l'activité au cours des 12 derniers mois. La plupart des adolescents qui n'ont déclaré aucune commotion cérébrale étaient des femmes (50,9 %), tandis que la plupart de ceux qui ont déclaré une ou plus de deux commotions cérébrales étaient des hommes (53,1 % et 63,5 % respectivement).

Les étudiants qui se sont identifiés comme noirs ou afro-américains représentaient une proportion plus élevée d'étudiants avec deux commotions cérébrales ou plus (15,6 %) par rapport aux étudiants avec zéro ou une commotion cérébrale (10,6 % et 9,4 % respectivement). Mais les chercheurs ont déclaré que de futures études étaient nécessaires pour examiner l'interaction de la race/l'ethnicité sur cet aspect.

Une étude avec certaines limites

Les auteurs reconnaissent que leur étude comporte certaines limites car elle ne leur permet pas d'évaluer l'évolution du niveau scolaire avant et après les commotions cérébrales signalées. De plus, les auto-déclarations des étudiants concernant leur commotion cérébrale et leurs résultats scolaires n'ont pas été vérifiées. Enfin, l'étude n'incorpore pas de variables socio-économiques telles que le revenu familial et le lieu de résidence.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES