• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Diagnostic

Maladie de Parkinson : un nouveau test de dépistage grâce à l’odorat d’une Écossaise

Le diagnostic de la maladie de Parkinson pourrait se faire bien avant les premiers symptômes grâce à un nouveau test de dépistage développé par des chercheurs anglais.

Maladie de Parkinson : un nouveau test de dépistage grâce à l’odorat d’une Écossaise Pornpak Khunatorn/iStock


  • Publié le 08.09.2022 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La maladie de Parkinson est neurodégénérative. Elle se caractérise par des tremblements et des difficultés à se mouvoir.
  • On compte environ 200 0000 malades en France, et 25 000 nouveaux cas se déclarent chaque année. 17% des malades ont moins de 50 ans. Elle est la deuxième maladie la plus fréquente en France après Alzheimer et la deuxième cause de handicap chez l’adulte après l’AVC.
  • C’est aussi la maladie neurogénérative dont le nombre de cas a le plus augmenté entre 1990 et 2015 : il a plus que doublé. En 2030, le nombre de patients parkinsoniens pourrait augmenter de 56% avec 1 personne sur 120 de plus de 45 ans atteinte de la maladie.

Diagnostiquer la maladie de Parkinson avec son nez ? Joy Milne, une Écossaise de 72 ans, en est capable. Elle raconte avoir senti que l’odeur de son mari avait brusquement pris un “arôme musqué”. Six ans plus tard, son mari découvre qu’il est atteint de la maladie de Parkinson.

Une capacité hors du commun

Cette capacité hors du commun a intrigué les scientifiques de l’université de Manchester, au point d’étudier la possibilité de créer un nouveau test de dépistage. Les résultats de leur étude, relayés par le Telegraph, sont parus le 7 septembre 2022 dans le Journal of the American Chemical Society.

Lors de tests en laboratoire, Joy Milne a réussi à identifier les personnes atteintes de la maladie de Parkinson juste en reniflant des t-shirts qu’elles avaient portés. Elle a aussi détecté la maladie sur le t-shirt d’une personne avant même que celle-ci ne soit diagnostiquée : elle le sera huit mois plus tard. Cette femme écossaise a l’habitude de collaborer avec des scientifiques : elle est en fait elle-même atteinte d’une maladie rare, qui lui confère cet odorat très développé.

Une odeur due à un changement chimique sur la peau

Les chercheurs ont donc supposé que l’odeur pouvait être due à un changement chimique dans le sébum, l’huile de la peau, engendré par la maladie de Parkinson. Ils ont comparé les écouvillons de 79 malades avec ceux d’un groupe témoin de 71 personnes en bonne santé.

Résultat : il y a deux ans, ils annoncent avoir découvert des molécules associées à la maladie dans des prélèvements cutanés. Par la suite, ils développent un test à l’aide d’un simple coton-tige passé le long de la nuque pour récupérer des échantillons. Ces derniers sont ensuite examinés afin d’identifier les molécules liées à la maladie et ainsi la détecter.

Des résultats prometteurs pour un dépistage plus précoce

Bien que ces résultats nécessitent des recherches supplémentaires pour être confirmés, les chercheurs se réjouissent de pouvoir un jour déployer ce test. Car la méthode pour diagnostiquer la maladie de Parkinson ne se base actuellement que sur les symptômes et les antécédents du patient. Rendre plus précoce et plus fiable le diagnostic permettrait aux malades de recevoir plus vite un traitement efficace pour soulager les symptômes. Ce qui leur éviterait de développer d’importants dommages neurologiques entre-temps.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES