• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Diagnostic

Parkinson: un algorithme capable de détecter la maladie grâce à la seule respiration

Un nouvel algorithme d'intelligence artificielle permettrait de diagnostiquer précocement la maladie de Parkinson grâce aux respirations du patient.

Parkinson: un algorithme capable de détecter la maladie grâce à la seule respiration Pornpak Khunatorn / stock


  • Publié le 27.08.2022 à 17h22
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La maladie de Parkinson se développe dans le cerveau progressivement et bien avant l'apparition des premiers symptômes qui peuvent être moteurs, comme de l'akinésie (la lenteur des mouvements), de la rigidité ou des tremblements, mais aussi cognitifs, ou bien des troubles du sommeil, de l'équilibre, ou de l'odorat.
  • À ce jour, plus de 200.000 personnes sont touchées par la maladie de Parkinson en France et 25.000 nouveaux cas se déclarent chaque année, soit un nouveau cas toutes les 2h30. C'est la seconde maladie neurodégénérative la plus répandue, derrière la maladie d'Alzheimer.

Pour l'heure, aucun traitement ne permet encore d'inverser ou d'arrêter la progression de la maladie de Parkinson. Et celle-ci reste particulièrement difficile à diagnostiquer car il faut souvent attendre l'apparition de symptômes moteurs (tremblements, raideurs musculaires, fatigue chronique...) pour la remarquer.

Mais cela pourrait bientôt changer : des chercheurs du Massachusetts Institute of Technology (MIT), aux Etats-Unis, ont mis au point un nouvel outil d'intelligence artificielle permettant de détecter de manière précoce cette maladie qui, en France, touche plus de 200.000 personnes, soit un adulte sur 250, selon les chiffres de l'Inserm. Leurs travaux ont été publiés dans la revue Nature Medecine.

Analyser la respiration nocturne

Expérimenté sur plus de 7.000 patients, dont 757 atteints de Parkinson, l'outil en question est un réseau neuronal artificiel - autrement dit une série d'algorithmes connectés qui imitent le fonctionnement d'un cerveau humain - capable de diagnostiquer la pathologie (mais aussi d'évaluer son stade de gravité et sa progression) rien qu'en analysant la respiration de la personne pendant son sommeil.

Et c'est là tout l'intérêt : "Certaines études scientifiques ont montré que les symptômes respiratoires se manifestent des années avant les symptômes moteurs", explique Dina Katabi, une des auteures de l'étude, dans un communiqué. Les chercheurs espèrent qu'une détection précoce de la maladie permettra ainsi de développer d'autres traitements et thérapies, notamment grâce à des essais cliniques significativement plus rapides et nécessitant moins de volontaires.

Se diagnostiquer sans effort

Car l'autre avantage, c'est que le diagnostic pourrait, à l'avenir, être effectué directement par le patient lui-même, chez lui, sans nécessiter de personnel soignant ni de tests médicaux invasifs. Jusqu'ici, en effet, la maladie ne se détecte qu'à l'aide d'une analyse du liquide céphalo-rachidien et de l'imagerie cérébrale. Des examens lourds et onéreux qui peuvent en décourager plus d'un, d'autant plus lorsqu'on souffre d'une mobilité réduite ou d'une déficience cognitive. 

Alors que, comme le rappelle le MIT, il n'y a eu "aucune percée thérapeutique au cours de ce siècle" concernant cette maladie qui, pourtant, "connaît la plus forte croissance dans le monde", cette nouvelle découverte apparaît donc comme une lueur d'espoir pour les futurs patients atteints de Parkinson.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES