• CONTACT
Parkinson : une IMR quantitative pour un diagnostic précoce"); newWin.document.write(""); newWin.document.write(""); newWin.document.write(""); newWin.document.write(''); newWin.document.write('
'); newWin.document.write(''+divToPrint+''); newWin.document.write('
'); newWin.document.close(); }

QUESTION D'ACTU

Maladie neurodégénérative

Parkinson : une IMR quantitative pour un diagnostic précoce

Une IRM spécifique permettrait de diagnostiquer la maladie de Parkinson de façon précoce, avant que cette maladie neurodégénérative ne progresse.

Parkinson : une IMR quantitative pour un diagnostic précoce Drazen Zigic/Istock


  • Publié le 24.07.2022 à 15h15
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La maladie de Parkinson est la seconde maladie neurodégénérative la plus répandue, derrière la maladie d'Alzheimer.
  • Actuellement, le diagnostic repose principalement sur l'élimination des autres pathologies possibles.

C’est une avancée majeure: grâce à l'IRM quantitative, des scientifiques de l’Université hébraïque de Jérusalem ont découvert des anomalies spécifiques dans le cerveau des patients atteints de la maladie de Parkinson à un stade précoce, soit moins de quatre mois après le diagnostic.

Plus précises

Cette technologie, tout comme l’IRM classique, consiste en l'application de champs magnétiques mais elle permet d'obtenir des propriétés biophysiques plus précises des tissus et de cibler des endroits "cachés" du cerveau, enfouis profondément et les détailler plus précisément que l'IRM classique.

L’étude publiée dans Science Advance nous apprend que les scientifiques ont étudié le striatum, une structure nerveuse située sous le cortex cérébral, sévèrement touchée par la maladie de Parkinson et notamment le putamen, la partie latérale du striatum dans lequel ils ont repéré de minuscules différences structurelles chez 99 patients à un stade précoce de la maladie comparées à 46 autres personnes saines.

Ces différences sont dues à la baisse de dopamine qu'entraîne la maladie.

"Chez les patients atteints de la maladie de Parkinson, nous avons trouvé des gradients anormaux dans le putamen, révélant des changements dans le putamen postérieur qui expliquent la perte dopaminergique et le dysfonctionnement moteur des patients", écrivent les auteurs.

Spécifiques

À terme, cette découverte pourrait permettre un diagnostic précoce et précis de la maladie.

En effet, la maladie de Parkinson se développe dans le cerveau progressivement et bien avant l'apparition des premiers symptômes qui peuvent être moteurs, comme de l'akinésie (la lenteur des mouvements), de la rigidité ou des tremblements, mais aussi cognitifs, ou bien des troubles du sommeil, de l'équilibre, ou de l'odorat.

L’Inserm détaille : " les patients restent asymptomatiques jusqu'à ce que 50 à 70 % des neurones à dopamine soient détruits et que le cerveau ne soit plus en mesure de compenser cette perte".

Lorsque les symptômes arrivent, il est trop tard pour empêcher l’évolution de la maladie et les traitements consistent alors à apporter de la dopamine pour limiter les symptômes moteurs.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES