• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Infections

Variole du singe : plus de 50 000 cas recensés à travers le monde

Le 31 août, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a fait le point sur le nombre de cas positifs de variole du singe à travers le monde. D'après l'institution, l'infection semble se ralentir en Europe et en Amérique du Nord. 

Variole du singe : plus de 50 000 cas recensés à travers le monde IStock - scaliger


  • Publié le 01.09.2022 à 10h55
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Selon l'OMS, 50.496 cas de variole du singe ont été enregistrés depuis le début de l'épidémie.
  • Pour éliminer la circulation du virus, l'OMS recommande de maintenir les mesures de surveillance, de vaccination ciblée, d'identification des cas contacts et l'engagement auprès des hommes ayant des relations sexuelles avec des hommes en recommandant en particulier de limiter le nombre de partenaires sexuels.

En l’espace de quelques mois, la variole du singe (Monkeypoxe en anglais) s’est propagée dans différents pays du monde. Cette infection virale se caractérise principalement par de la fièvre, des douleurs musculaires, des ganglions et de la fatigue. Une éruption cutanée survient généralement quelques jours après la contamination et peut prendre la forme de papules, puis de pustules. 

Le 31 août, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a présenté son dernier bilan recensant l’ensemble des cas confirmés de variole du singe à l'échelle mondiale. D’après l’institution, 50.496 patients ont été touchés par la variole du singe et 16 décès ont été enregistrés depuis le début de l’épidémie en mai dernier. 

Un ralentissement des infections 

Avant le début de l’été, une forte propagation de la variole du singe avait été signalée en Amérique du Nord et en Europe. Mais cette flambée des cas semble se ralentir comme l’a indiqué Tedros Adhanom Gebreyesus, directeur général de l’OMS lors d’une conférence de presse. "Ces signes confirment ce que nous avons dit sans cesse depuis le début : avec les mesures adéquates, cette flambée peut être stoppée", a-t-il précisé. 

Depuis mai, 18.100 cas de variole du singe ont été recensés aux États-Unis. Malgré le ralentissement de la propagation, un premier décès d’une personne atteinte par la variole du singe a été confirmé par les autorités de santé du Texas, le 30 août. Ce patient était cependant très gravement immunodéprimé. "Je crois qu'une enquête plus poussée est nécessaire pour déterminer quel rôle la variole du singe pourrait ou non avoir joué dans son décès", a indiqué Jennifer McQuiston, responsable des Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC), lors d’une conférence de presse. Avant d’ajouter : "il est important de souligner que mourir de la variole du singe reste très rare, même si c'est possibilité."

Aucun décès signalé en France 

Concernant l’Europe, le tableau de bord de l’OMS qui répertorie tous les cas de variole de signe a également dévoilé des résultats encourageants, notamment aux Pays-Bas et en Allemagne. Avec les bonnes mesures de prévention et de vaccination, "nous ne sommes pas obligés de vivre avec la variole du singe", a complété Tedros Adhanom Gebreyesus.

Dans l’Hexagone, 3.547 cas de variole de singe ont été recensés au 29 août, selon le dernier point de situation de Santé publique France. "Parmi les cas pour lesquels l’information est disponible, 68 (3%) ont été hospitalisés du fait de leur infection au virus Monkeypox, cette proportion reste stable dans le temps. Aucun décès n’a été signalé à ce jour", a affirmé l’organisme. 

Pour l'heure, la région Ile-de-France présente le plus grand nombre de cas (2.176), suivie par l’Occitanie (293), l’Auvergne-Rhône-Alpes (235) et la Provence-Alpes-Côtes-d’Azur (222). Environ 20 cas confirmés résident à l’étranger.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES