• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Triple infection

Variole du singe, Covid et VIH : un homme a contracté les maladies au même moment

En Italie, un trentenaire a été testé positif au virus du sida, de la variole du singe et du coronavirus en même temps. Il s’agit de la première triple infection qui a été documentée dans la littérature scientifique.

Variole du singe, Covid et VIH : un homme a contracté les maladies au même moment Plyushkin/iStock


  • Publié le 25.08.2022 à 13h15
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Depuis janvier, plus de 16.000 personnes dans plus de 74 pays ont été touchées par la variole du singe.
  • L’Italien, qui souffrait de troubles bipolaires, a déclaré avoir été traité pour une syphilis en 2019.
  • Le patient avait reçu deux doses du vaccin Pfizer et avait déjà contracté la Covid-19 en janvier 2022.

Un cas unique au monde. Un Italien de 36 ans été infecté simultanément par le virus de la Covid-19, le VIH et la variole du singe. C’est ce qu’ont révélé des scientifiques de l’université de Catane en Sicile. "À ce jour, aucun rapport de cette co-infection n'a été publié. Par conséquent, nous présentons les caractéristiques cliniques et la procédure de diagnostic du premier cas documenté de co-infection avec le virus du monkeypox, le SARS-CoV-2 et le VIH", ont-ils écrit dans un article paru dans la revue Journal of Infection.

Des symptômes évocateurs de la Covid-19 et la variole du singe

Dans ce rapport, les chercheurs ont indiqué que cette triple infection a été découverte après que le patient soit revenu d’un voyage de 5 jours en Espagne, du 16 au 20 juin. Neuf jours après son séjour, il souffrait d’une fièvre, de maux de gorge et de tête, de fatigue, et présentait des ganglions lymphatiques gonflés.

Le 2 juillet, il a été testé positif au coronavirus. Le même jour, une éruption cutanée s’est développée sur son bras gauche. Le lendemain, de petites vésicules douloureuses sont apparues sur son torse, ses jambes, son visage et ses fesses. Le 5 juillet, il a décidé de se rendre aux urgences de l’hôpital de Catane, car il était de plus en plus malade. "Il a été transféré dans l'unité des maladies infectieuses", a précisé l’équipe. Lors de son admission, le trentenaire a déclaré avoir eu des rapports sexuels non protégés avec d’autres hommes pendant son séjour en Espagne.

Le Sotrovimab, le traitement pris par le patient

En raison des symptômes et des informations donnés par le Sicilien, les médecins ont suspecté un cas de variole du singe. Ainsi, ils ont décidé de réaliser un dépistage pour cette maladie infectieuse et les IST les plus courantes. Le verdict est tombé : les prélèvements du patient étaient positifs au virus de la variole du singe. "Les tests sérologiques pour l'hépatite virale, l'herpès, la gonorrhée, la chlamydia et le lymphogranulome vénérien se sont révélés négatifs. Cependant, celui pour le VIH s'est révélé positif", ont spécifié les auteurs.

Trois jours après son admission, presque toutes les lésions cutanées ont commencé à se transformer en croûtes. Les praticiens ont donné au Sicilien du Sotrovimab, un anticorps monoclonal administré par voie intraveineuse, pour traiter la variole du singe. Le 9 juillet, la majorité de ses symptômes avaient disparu. Cependant, le trentenaire était toujours positif à la Covid-19 et à la variole du singe, mais il a pu rentrer chez lui et a dû s’isoler. "Le 19 juillet 2022, une triple combinaison de dolutégravir, abacavir et lamivudine a été prescrit pour traiter le VIH", peut-on lire dans le rapport.

Rien n’indique que la co-infection aggrave les symptômes

"Les cliniciens doivent être conscients de la possibilité d'une co-infection par le SARS-CoV-2 et le virus de la variole du singe, en particulier chez les sujets ayant récemment voyagé dans des zones où le monkeypox a fait son apparition. En cas de suspicion de monkeypox, un écouvillonnage oropharyngé doit être réalisé. (…) Notre cas souligne que les rapports sexuels pourraient être le mode de transmission prédominant. Par conséquent, un dépistage complet des IST est recommandé après un diagnostic de monkeypox. Comme il s'agit du seul cas rapporté de co-infection par le virus du monkeypox, le SARS-CoV-2et le VIH, il n'y a pas encore assez de preuves pour affirmer que cette combinaison peut aggraver l'état du patient", ont conclu les médecins.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES