• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Découverte

Première mondiale : des scientifiques ont modifié le groupe sanguin du rein d’un donneur

Pour la première fois, des chercheurs sont parvenus à changer le groupe sanguin des reins de personnes décédées. Une découverte révolutionnaire qui pourrait augmenter le nombre de reins disponibles pour les greffes d’organes.

Première mondiale : des scientifiques ont modifié le groupe sanguin du rein d’un donneur peakSTOCK/iStock


  • Publié le 17.08.2022 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Près de 20.000 Français attendent de recevoir un nouveau rein.
  • Dans l’Hexagone, entre 3.500 et 3.700 greffes rénales sont réalisées chaque année.

Cette avancée pourrait avoir un impact sur la prise en charge des patients touchés par des problèmes de reins. Dans un communiqué, des scientifiques de l’université de Cambridge au Royaume-Uni ont annoncé avoir réussi à modifier le groupe sanguin de trois reins de donneurs morts pour les rendre O universel.

L’enzyme agit comme des "ciseaux moléculaires"

Pour les besoins de cet essai, les chercheurs britanniques ont utilisé une machine à perfusion normothermique, à savoir un appareil qui se connecte au rein d’un être humain pour faire passer du sang oxygéné à travers l'organe afin de mieux le conserver pour une utilisation future. L’équipe a eu recours à cette machine pour faire passer du sang infusé avec un enzyme à travers le rein des adultes décédés.

Selon les scientifiques, l’enzyme a agi comme des "ciseaux moléculaires" pour éliminer les marqueurs de groupe sanguin qui tapissent les vaisseaux sanguins du rein. Cette méthode a permis de convertir l’organe en un rein de groupe sanguin O en quelques heures. "Notre confiance a vraiment été renforcée après avoir appliqué l'enzyme à un morceau de tissu rénal humain et vu très rapidement que les antigènes étaient éliminés", a indiqué Serena MacMillan, qui a dirigé l’essai.

Un impact sur les patients issus de minorités ethniques

Pour rappel, le rein d'une personne de groupe sanguin A ne peut pas être transplanté sur une personne de groupe sanguin B, ni l'inverse. Mais en changeant le groupe sanguin pour le groupe O, soit le groupe universel, davantage de greffes pourront être réalisées, car le groupe O peut être utilisé pour des personnes de n'importe quel groupe sanguin. "C'est très excitant de penser à l'impact que cela pourrait avoir sur tant de vies", a déclaré Serena MacMillan.

D’après l’équipe, cette découverte pourrait avoir un impact particulier sur les personnes issues de minorités ethniques, qui attendent souvent un an de plus que les autres patients pour recevoir une greffe. « En 2020 et 2021, un peu plus de 9 % du total des dons d'organes provenaient de donneurs noirs ou issus de minorités ethniques, tandis que les patients noirs ou issus de minorités ethniques représentent 33 % de la liste d'attente pour une transplantation rénale », ont expliqué les chercheurs.

Désormais, ils doivent observer comment le rein, dont le groupe sanguin a été modifié, réagira au groupe sanguin habituel du patient. "Nous devons maintenant examiner si nos méthodes peuvent être efficaces dans un cadre clinique et, en fin de compte, être appliquées à la transplantation", a précisé Mike Nicholson, qui a co-dirigé l’essai. Les résultats complets de leur étude devraient être publiés dans la revue British Journal of Surgery dans les prochains mois.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES