• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Enzymes

Modification du groupe sanguin : bientôt des organes «universels» pour les greffes ?

Des scientifiques canadiens ont réussi à transformer un poumon de donneur humain du groupe sanguin A en un organe dont les cellules appartenaient au groupe O. Mais comment ont-ils procédé ? Explications.

Modification du groupe sanguin : bientôt des organes \ utah778/iStock


  • Publié le 19.02.2022 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les chercheurs ont démontré que l'élimination de l'antigène du groupe sanguin A, grâce à deux enzymes, était réussie et que la santé des poumons n'était pas altérée.
  • Cette technique, qui consiste à utiliser deux enzymes pour modifier le groupe sanguin d’un organe, pourrait permettre d'améliorer l'équité de l'attribution des organes.

"L'attribution d'organes de donneurs dépend de la compatibilité ABO, ce qui limite la possibilité pour certains patients de recevoir une greffe qui leur sauverait la vie". C’est ce qu’ont écrit des chercheurs à l’université Health Network, à Toronto (Canada), dans des travaux parus dans la revue Science Translational Medicine le 16 février. Ces chercheurs auraient trouvé une solution pour remédier à ce problème. Grâce à deux enzymes, ils sont parvenus à modifier le groupe sanguin d’un poumon de donneur humain en le faisant passer de A à O. Ainsi, l’organe peut potentiellement être utilisé pour tout receveur en attente de greffe.

Pour rappel, les personnes appartenant au groupe O, dont les globules rouges et le sang sont compatibles avec tous les autres groupes sanguins, peuvent faire un don à n’importe quel receveur car elles ne possèdent aucun antigène. En clair, les organes de ces donneurs universels peuvent être acceptés par un patient appartenant à un autre groupe sanguin. C’est pourquoi les chercheurs canadiens ont changé le groupe sanguin d’un poumon.

Plus de 99 % des antigènes de type A des globules rouges ont été éliminés

Pour convertir efficacement les globules rouges du groupe A en O, ils ont utilisé deux enzymes, la FpGalNAc désacétylase et la FpGalactosaminidase. "Ce groupe d'enzymes que nous avons trouvé dans l'intestin humain peut couper les sucres des antigènes A et B sur les globules rouges, les convertissant ainsi en cellules universelles de type O", a déclaré Le Dr Stephen Withers, biochimiste de l’université de la Colombie-Britannique à Vancouver, dans un communiqué.

D’après l’étude, la capacité de ces enzymes à éliminer l'antigène A a été examinée sur cinq échantillons de globules rouges humains ABO-A1 et trois aortes humaines. Les enzymes ont éliminé plus de 99 et 90 % des antigènes de type A des globules rouges et des aortes, respectivement. Selon les résultats, le système de perfusion pulmonaire ex vivo (EVLP) mis au point à Toronto, qui contenait les enzymes, a éliminé plus de 97 % des antigènes de type A en quatre heures. "Aucune toxicité pulmonaire aiguë liée au traitement n'a été observée", peut-on lire dans les travaux.

"Cette expérience a ouvert la voie à la création d'organes de type sanguin universel", a indiqué le Dr Withers. "L'existence d'organes universels signifie que nous pourrions éliminer la barrière de la compatibilité sanguine et classer les patients par ordre d'urgence médicale, ce qui permettrait de sauver plus de vies et de gaspiller moins d'organes", a signalé le Dr Marcelo Cypel, auteur principal de l'étude.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES