• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Hormone sexuelle

La testostérone favoriserait les comportements affectueux

Des chercheurs américains ont établi un lien entre la testostérone, à savoir l’hormone sexuelle masculine, et les gestes affectueux.

La testostérone favoriserait les comportements affectueux fizkes/iStock


  • Publié le 14.08.2022 à 17h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une deuxième injection de testostérone a rapidement incité les rongeurs mâles à changer de comportement et les a rendus plus agressifs envers l’intrus du même sexe.
  • Les rongeurs mâles ayant reçu des injections de testostérone présentaient une plus grande activité d'ocytocine, soit l’hormone du bonheur, dans leur cerveau pendant les interactions avec leur partenaire.

La testostérone inciterait à faire plus de câlins ! C’est ce qu’on récemment découvert des scientifiques de l’université Emory en Géorgie (États-Unis). Pour parvenir à cette conclusion, ils ont mené une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B Biological Sciences.

Des expériences sur des rongeurs

Dans le cadre de ces travaux, les chercheurs ont examiné l’influence de cette hormone sexuelle masculine sur les relations et les interactions sociales, car la majorité des recherches montrent que la testostérone est associée à un comportement agressif. Pour les besoins de l’étude, ils ont mené des expériences dans un laboratoire sur des gerbilles de Mongolie, des rongeurs qui forment des liens de couple durables et élèvent leur progéniture ensemble.

Plus câlins après une hausse du taux de testostérone

Dans une première expérience, un rongeur mâle a été présenté à une gerbille femelle. Une fois qu'ils ont formé un couple et que la femelle est tombée enceinte, les gerbilles mâles ont eu des comportements affectueux envers leurs partenaires. Les auteurs ont ensuite injecté de la testostérone aux rongeurs mâles. Ils s'attendaient à ce que l'augmentation du taux de testostérone réduise les gestes affectueux. "Au contraire, nous avons été surpris de constater que les mâles faisaient encore plus câlins à leur partenaire", a indiqué Aubrey Kelly, auteure des travaux, dans un communiqué.

Un comportement amical avec un rongeur du même sexe

Lors d’une deuxième expérience, menée une semaine plus tard, l’équipe a retiré les gerbilles femelles des cages afin que chaque rongeur mâle ayant reçu une injection de testostérone se retrouve seul. Les scientifiques ont ensuite placé un autre rongeur mâle dans la cage. "Normalement, un mâle devrait chasser un autre mâle qui entre dans sa cage, ou essayer de l'éviter. Au lieu de cela, le mâle déjà présent, auquel on avait injecté de la testostérone, était plus amical avec l'intrus", a spécifié la chercheuse.

"La testostérone aide à s'adapter à des contextes sociaux"

Les comportements des êtres humains sont bien plus complexes que ceux des gerbilles de Mongolie, mais les auteurs espèrent que leurs résultats permettront de mener des études supplémentaires auprès d'autres espèces, y compris les êtres humains.

"Nos hormones sont les mêmes, et les parties du cerveau sur lesquelles elles agissent sont même les mêmes. Ainsi, apprendre comment la testostérone aide les animaux à s'adapter à des contextes sociaux qui changent rapidement nous aidera non seulement à comprendre les rouages biologiques qui affectent leur comportement, mais aussi à prédire et finalement à comprendre comment les mêmes molécules dans le cerveau humain contribuent à façonner nos propres réponses au monde social qui nous entoure", a déclaré Richmond R. Thompson, co-auteur des recherches.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES