• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Enfant

Les mères capables de reconnaître les émotions positives sont des parents plus sensibles

La capacité d'une jeune maman à lire les émotions positives sur le visage des autres et les expressions faciales permet de prédire à quel point elle sera sensible et réceptive avec son enfant.

Les mères capables de reconnaître les émotions positives sont des parents plus sensibles Prostock-Studio/iStock


  • Publié le 25.07.2022 à 16h52
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Vers l’âge de 6 semaines, un sourire peut émerger chez un nourrisson. Il s’agit du premier signe d’une expérience partagée.
  • À trois ou quatre mois, un bébé possède une bonne maturité visuelle, lui permettant d’initier, contrôler et interrompre les situations d’échange.

Dans une récente étude, des chercheurs de l’université de Virginie (États-Unis) ont suivi 120 duos mère-bébé, de l’accouchement jusqu'à cinq mois après la naissance du nourrisson. "Pendant cette période, nous avons demandé aux mamans de regarder une série de vidéos dans lesquelles elles voyaient des visages exprimant différentes émotions", a déclaré Jessica Stern, auteure principale des travaux publiés dans la revue Emotion.

Une sensibilité à l'égard du bébé

Les participantes ont dû observer et analyser les visages à l’écran. "Certains exprimaient le bonheur, la tristesse, le dégoût, la colère, la peur, et d’autres étaient neutres", a expliqué la scientifique. D’après la recherche, certaines jeunes mamans ont trouvé cette tâche facile et d'autres plus difficile. "Nous nous sommes intéressés à ces différences et plus particulièrement à la façon dont les mères identifiaient le bonheur et la peur", a-t-elle développé.

Lorsque les bébés ont eu cinq mois, l’équipe les a invités, ainsi que leurs mères, dans un laboratoire pour une autre expérience. Les auteurs les ont observés durant cinq minutes pendant qu’ils jouaient ensemble. Ils ont découvert que la capacité d'une mère à détecter spécifiquement le bonheur pendant la période néonatale permettait de prédire une plus grande sensibilité, observée quatre mois plus tard.

Inclure les pères dans les futures études

Désormais, Jessica Stern aimerait inclure les pères dans des recherches similaires. "Je pense qu'il serait fascinant d'inclure les pères ou d'autres soignants qui sont vraiment impliqués dans la vie des enfants. Il se pourrait que pour les pères, la détection du bonheur soit tout aussi importante", a-t-elle conclu.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES