• CONTACT
Comment le diabète et le cancer du sein s’auto-alimentent'); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write(''); newWin.document.write('
'); newWin.document.write(''+divToPrint+''); newWin.document.write('
'); newWin.document.close(); }

QUESTION D'ACTU

Double peine

Comment le diabète et le cancer du sein s’auto-alimentent

Un mécanisme relie le cancer du sein et le diabète, chacun favorisant le développement et la croissance de l'autre.

Comment le diabète et le cancer du sein s’auto-alimentent wildpixel


  • Publié le 31.05.2022 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une étude s’est penchée sur le lien avéré entre cancer du sein et diabète.
  • Le cancer du sein est la deuxième tumeur maligne la plus diagnostiquée après certains types de cancer de la peau.

Le cancer du sein et le diabète sont deux maladies bien distinctes mais liées par un mécanisme biologique particulier, d’après une étude de l’Université de Californie à San Diego publiée dans Nature Cell Biology qui explique comment le cancer du sein supprime la production d'insuline, ce qui entraîne le diabète et favorise la croissance de la tumeur.

Taux de glycémie plus élevés

"Aucune maladie n'est une île car aucune cellule ne vit seule", souligne l'auteur correspondant de l'étude, Shizhen Emily Wang, professeur de pathologie à la faculté de médecine de l'UC San Diego.

"Dans cette étude, nous décrivons comment les cellules cancéreuses du sein altèrent la fonction des îlots pancréatiques pour les amener à produire moins d'insuline que nécessaire, ce qui entraîne des taux de glycémie plus élevés chez les patientes atteintes d'un cancer du sein par rapport aux femmes sans cancer."

Vésicules extracellulaires

Selon Wang, les coupables sont les vésicules extracellulaires (VE) qui transportent l'ADN, l'ARN, les protéines, les graisses et d'autres matériaux entre les cellules. 

Avec son équipe, il a constaté que les cellules cancéreuses sécrétaient du microARN-122 dans les vésicules ( les microARN forment une des grandes voies de régulation de l'expression des gènes) 

Lorsque les vésicules atteignent le pancréas, elles peuvent pénétrer dans les cellules responsables de la production d'insuline, et distribuer le microARN-122, empêchant le maintien d'un niveau normal de glucose dans le sang.

"Les cellules cancéreuses utilisent plus de glucose que les cellules saines pour alimenter la croissance de la tumeur, explique Wang. En augmentant le glucose sanguin qui peut être facilement utilisé par les cellules cancéreuses, les tumeurs du sein fabriquent leur propre nourriture préférée et, pendant ce temps, privent les cellules normales de ce nutriment essentiel."

Risque accru 

Des recherches antérieures avaient mis en évidence des associations entre les deux maladies : les femmes atteintes de diabète, par exemple, ont un risque accru de 20 à 27 % de développer un cancer du sein. 

La résistance à l'insuline - une caractéristique clé du diabète - a été associée à l'incidence du cancer du sein et à une faible survie.

Des études de population suggèrent que le risque de diabète commence à augmenter deux ans après le diagnostic de cancer du sein et que, dix ans après le diagnostic, le risque est 20 % plus élevé chez les survivantes du cancer du sein que chez les femmes non atteintes du même âge.

 

Publicité

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES