• CONTACT

QUESTION D'ACTU

Cerveau

Maladie de Parkinson : la mort des neurones producteurs de dopamine en cause ?

Des chercheurs américains ont identifié une famille de cellules nerveuses spécifiques qui meurent lors de la maladie de Parkinson. Ils ont révélé que des facteurs de risque génétiques de la pathologie neurodégénérative pouvaient agir sur les neurones pour les rendre plus vulnérables à la mort cellulaire.

Maladie de Parkinson : la mort des neurones producteurs de dopamine en cause ? whitehoune/iStock


  • Publié le 10.05.2022 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La maladie de Parkinson est la deuxième affection neurodégénérative la plus fréquente en France après la maladie d'Alzheimer.
  • Dans l’Hexagone, 100.000 à 120.000 personnes sont atteintes de cette pathologie, qui survient en moyenne entre 55 et 65 ans.

"La mort des neurones producteurs de dopamine dans la substantia nigra pars compacta (substance noire du cerveau) est une caractéristique pathologique déterminante de la maladie de Parkinson. Néanmoins, les caractéristiques moléculaires associées à la vulnérabilité des neurones à dopamine n'ont pas encore été complètement identifiées", peut-on lire dans une étude publiée dans la revue Nature Neuroscience le 5 mai.

Un type de neurones particulièrement vulnérable à la mort cellulaire

Dans le cadre de ces travaux, des scientifiques du Stanley Center for Psychiatric Research du Broad Institute du MIT et de Harvard (États-Unis) ont comparé les modèles d'expression génétique de patients atteints de la maladie de Parkinson et de personnes n'ayant jamais reçu de diagnostic de cette affection.

Ils ont identifié 10 sous-types distincts de neurones dopaminergiques dans la substance noire de leur cerveau, dont un qui semble être uniquement vulnérable aux effets des variantes de l'ADN associées à la maladie. Il s’agissait d’un type de neurones marqué par l'expression d'un gène appelé "AGTR1". Il présentait "la plus forte régulation des cibles de TP53 et NR2F2, désignant les processus moléculaires associés à la dégénérescence".

"Nous avons été surpris qu'un seul sous-type spécifique de neurones dopaminergiques soit si particulièrement vulnérable. Nous nous attendions à ce que de nombreuses populations soient également vulnérables, sur la base de travaux antérieurs, mais ce n'était pas le cas", a déclaré Evan Macosko, auteur des travaux, dans un communiqué.

"Les gènes de risque agissent non pas dans les neurones mais dans un autre type de cellule du cerveau"

D’après les résultats, la génétique humaine agit dans ces cellules nerveuses pour les rendre plus vulnérables à la mort cellulaire. "Nous savons que des variations de certains gènes et régions génétiques peuvent accroître le risque de développer la maladie de Parkinson. Nous avons constaté que ces gènes de risque sont exprimés de manière préférentielle dans les cellules qui meurent. (…) Dans la maladie d'Alzheimer, les gènes de risque sont principalement extrinsèques, c'est-à-dire qu'ils agissent non pas dans les neurones mais dans un autre type de cellule du cerveau, la microglie, qui, par le biais d'un mécanisme neuro-immunitaire, entraîne une plus grande neurodégénérescence", a expliqué Evan Macosko. Selon les chercheurs, cette découverte pourrait ouvrir de nouvelles perspectives thérapeutiques pour cette maladie neurodégénérative.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES