• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Dettes

La santé cardiaque peut souffrir du stress du remboursement des prêts étudiants

Les jeunes qui ont emprunté de l’argent pour financer leurs études, et qui n’ont pas remboursé leurs dettes entre le début de l'âge adulte et le début de la quarantaine, sont plus susceptibles de développer des maladies cardiaques, selon une récente étude.

La santé cardiaque peut souffrir du stress du remboursement des prêts étudiants Tero Vesalainen/iStock


  • Publié le 04.05.2022 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les personnes qui ont remboursé leurs prêts étudiants avaient une santé meilleure ou équivalente à celle des personnes qui n'ont jamais eu de dettes.
  • Dans l'ensemble, l'obtention d'un diplôme présente des avantages pour la santé, même pour les personnes endettées, bien que ces avantages soient moindres par rapport aux étudiants qui n’avaient pas de dettes.

"Les prêts étudiants sont devenues courants chez les jeunes adultes et sont corrélées à une mauvaise santé physique et mentale. La manière dont l'accumulation ou le remboursement de la dette étudiante est associée aux risques cardiovasculaires et à une inflammation chronique n'est pas claire", a indiqué Adam M. Lippert, professeur à l’université du Colorado à Denver (États-Unis). C’est pourquoi il a décidé de réaliser des travaux, publiés dans la revue American Journal of Preventive Medicine, avec deux autres chercheurs américains.

Une analyse de la santé cardiovasculaire de 4.193 personnes

Afin de mener à bien leur étude, les scientifiques ont examiné une cohorte nationale sur la santé des jeunes et des adultes américains. Les informations de 20.745 adolescents ont été collectées pendant l'année scolaire 1994-1995. Les auteurs ont ensuite interrogé les étudiants lorsqu’ils étaient âgés de 18 à 26 ans et de 22 à 44 ans. Puis, ils ont évalué les mesures biologiques de la santé cardiovasculaire de 4.193 personnes à l'aide du modèle Framingham. Il s’agit d’un score de risque de maladie cardiovasculaire, qui prend en compte le sexe, l'âge, la pression artérielle, le traitement antihypertenseur, le tabagisme, le diabète et l'indice de masse corporelle pour mesurer la probabilité de développer une pathologie cardiaque au cours des 30 prochaines années de vie. Les chercheurs ont également analysé les niveaux de protéine C-réactive, un biomarqueur d'inflammation chronique ou systémique.

Chez les étudiants endettés, le risque de souffrir d’une maladie cardiaque est plus élevé

D’après les résultats, plus d'un tiers des participants ont déclaré ne pas avoir de dettes étudiantes, tandis que 12 % avaient remboursé leurs prêts, 28 % s'étaient endettés et 24 % étaient constamment endettés. Selon les auteurs, les risques de maladie cardiovasculaire et de protéine C-réactive plus élevés étaient observés chez les étudiants qui se sont endettés ou qui étaient constamment endettés entre le début de l'âge adulte et le début de la quarantaine. "Si rien n'est fait pour réduire le coût des études universitaires et effacer les dettes en cours, les conséquences de l'augmentation de la dette des prêts étudiants sur la santé risquent de s'aggraver", a déclaré Adam M. Lippert, auteur principal de l’étude, dans un communiqué.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES