• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Trouble de la rêverie compulsive

Etre constamment dans la lune : une maladie mentale ?

Des chercheurs estiment que le "trouble de la rêverie compulsive" devrait être considéré comme une pathologie psychiatrique à part entière. 

Etre constamment dans la lune : une maladie mentale ? g-stockstudio / istock.


  • Publié le 29.04.2022 à 20h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le trouble de la rêverie compulsive a été décrit pour la première fois en 2002 par le psychologue israélien Eli Somer.
  • En 2016, une échelle a été mise au point par Somer et son équipe, afin de tenter de mesurer ce trouble et de mieux le comprendre.

Et si être constamment dans la lune était en fait une vraie maladie mentale ? C’est en tout cas ce que suggère une nouvelle étude, publiée dans le Journal of Clinical Psychology.

Activité imaginaire

Les chercheurs se sont penchés sur le "trouble de la rêverie compulsive", connu en anglais sous le nom de "maladaptive daydreaming", afin de déterminer s’il était un mal psychologique distinct du fameux TDAH (Trouble du déficit de l’attention).

Le trouble de la rêverie compulsive est en effet un comportement associé à de nombreuses maladies mentales, même s’il n’est pas reconnu officiellement pas les psychiatres. Il se caractérise par des séances de rêverie éveillée intense, qui peuvent durer plusieurs heures et surviennent quotidiennement. Lors des crises, on peut observer sur la personne déconnectée de la réalité des mouvements et/ou des émotions en lien avec l'activité imaginaire (expressions faciales, mouvements des lèvres, gestes répétitifs, rires, pleurs, etc.).

"Des caractéristiques cliniques uniques"

Pour en savoir plus, les scientifiques ont demandé à 98 personnes atteintes de TDAH de répertorier leurs symptômes via un questionnaire en ligne. Parmi les répondants, ils ont repéré que 17 individus était également atteints du trouble de la rêverie compulsive. "Seuls 20,5 % des patients souffrant de TDAH ont répondu aux critères de diagnostic du trouble de la rêverie compulsive. Et par rapport aux participants souffrant uniquement de TDAH, le membres de ce sous-groupe avaient globalement moins confiance en eux, étaient plus déprimés et souffraient davantage de solitude", écrivent les chercheurs.

Ils concluent donc : "le trouble de la rêverie compulsive présente des caractéristiques cliniques uniques qui sont distinctes du TDAH. De futures recherches devraient être réalisées afin de mieux différencier la rêverie compulsive, le TDAH et les concepts connexes tels que le vagabondage de l'esprit".

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES