• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

"Deep learning"

TDAH : découverte d’un nouveau biomarqueur pour l’identifier

D’après une nouvelle étude américaine, un biomarqueur présent dans la connectivité cérébrale pourrait permettre de repérer les cas de troubles de déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) plus tôt et de mieux cibler les traitements pour la prise en charge de ce trouble neurologique. 

TDAH : découverte d’un nouveau biomarqueur pour l’identifier fizkes

  • Publié le 01.02.2021 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En modélisant des images des données d'archives d'IRMf de 80 participants adultes ayant reçu un diagnostic de TDAH durant l'enfance, les chercheurs ont découvert que des connexions entre zones du cerveau sont des biomarqueurs de ce trouble neurologique.

Le trouble du déficit de l’attention avec ou sans hyperactivité (TDAH) se manifeste le plus souvent dès l’enfance. Complexe, ce trouble se caractérise par des grandes difficultés à se concentrer et à tenir en place est souvent attribué à des anomalies au niveau du fonctionnement du cerveau, mais reste difficile à diagnostiquer dans la mesure où ses formes peuvent fréquemment évoluer.

Afin de mieux comprendre l'évolution de ce trouble neurologique, des chercheurs américains de l'université de Buffalo (États-Unis) ont étudié la communication entre les différentes parties du cerveau (connectivité cérébrale) chez des adultes diagnostiqués de TDAH pendant leur enfance.

Dans cette recherche, les scientifiques ont modélisé les données d'archives d'IRMf de 80 participants adultes chez qui le TDAH avait été diagnostiqué dans l’enfance. À partir de l’apprentissage automatique (technique d’intelligence artificielle en vogue plus connue sous le nom de "deep learning"), les chercheurs ont testé la capacité du cerveau des participants à communiquer d'une zone à l'autre, par exemple A, B et C.

Mieux comprendre comment se manifeste le TDAH

Si les régions A et B étaient fortement connectées, cela pourrait être prédictif du TDAH, mais pas si ces régions étaient également fortement connectées à la région C, expliquent les chercheurs. Chaque réponse a atteint un taux de précision diagnostique de 91 %, tandis que l'analyse collective s'est approchée de 99 %.

"C'est de loin le taux de précision le plus élevé que j'ai vu dans le monde entier - il dépasse tout ce qui a précédé, et bien au-delà de tout ce qui a été réalisé avec une évaluation comportementale. Cela suggère que la connectivité du cerveau est un biomarqueur stable pour le TDAH, au moins pendant l'enfance", avance Chris McNorgan, professeur adjoint de psychologie à l'UB College of Arts and Sciences, et auteur principal de l’étude.

Publiés dans la revue Frontiers in Physiology, les résultats de cette étude suggèrent donc un diagnostic plus précoce et une meilleure façon de cibler les traitements pour gérer les TDAH. "Comme certains produits pharmaceutiques réagissent avec certaines voies, comprendre les différents types de TDAH peut aider à prendre des décisions éclairées sur un médicament par rapport à d’autres", explique Chris McNorgan.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité