• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Ocytocine

Pourquoi la vieillesse peut nous rendre plus aimable et généreux ?

Nous serions plus satisfaits de la vie en vieillissant grâce à une substance neurochimique: l’ocytocine

Pourquoi la vieillesse peut nous rendre plus aimable et généreux ? Paperkites


  • Publié le 22.04.2022 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Des chercheurs ont constaté que la libération d'ocytocine augmentait avec l'âge et était positivement associée à la satisfaction de la vie
  • De plus, les personnes dont le cerveau libère davantage d'ocytocine sont plus gentilles avec les autres

C'est un effet des lien entre la satisfaction dans la vie et la chimie de notre cerveau : la libération d'ocytocine augmente avec l'âge et avec elle, la propension à être gentil et plus attentionné envers les autres! C’est ce qu’à établi une nouvelle étude publiée dans Frontiers in Behavioral Neuroscience.

L'ocytocine est une substance neurochimique largement connue pour son rôle dans l'attachement social, la confiance interpersonnelle et la générosité. Les chercheurs de la Claremont Graduate University ont voulu comprendre si la libération d'ocytocine changeait avec l'âge, comme c'est le cas pour d'autres neurochimiques qui influencent les sentiments et les comportements.

Base neurochimique aux comportements

"Nous avons précédemment montré un lien entre la gentillesse et la générosité des personnes, connues sous le nom de comportements prosociaux, et la libération d'ocytocine", a déclaré un des auteurs, le  Dr Paul J. Zak. "Les personnes âgées passent plus de temps à faire du bénévolat et donnent une plus grande proportion de leurs revenus à des œuvres de charité que les personnes plus jeunes, nous avons donc voulu voir s'il y avait une base neurochimique à ces comportements".

Les chercheurs ont recruté plus de 100 personnes pour l'étude, âgées de 18 à 99 ans, auxquelles ils ont montré une vidéo sur un petit garçon atteint d'un cancer, vision dont des travaux antérieurs avaient confirmé qu'elle induisait une libération d'ocytocine dans le cerveau. Une prise de sang a été effectuée avant et après la vidéo pour mesurer la variation de l'ocytocine. 

"Les participants avaient la possibilité de faire don d'une partie de leurs gains de l'étude à une organisation caritative de lutte contre le cancer chez l'enfant, ce qui a été utilisé pour mesurer leur comportement prosocial immédiat. Nous avons également recueilli des données sur leurs états émotionnels, afin de fournir des informations sur leur satisfaction globale à l'égard de la vie", explique le docteur.

Les comportements d’aide améliorent la qualité de la vie

"Les personnes qui ont libéré le plus d'ocytocine au cours de l'expérience étaient non seulement plus généreuses envers les œuvres de charité, mais elles ont également adopté de nombreux autres comportements d'aide. C'est la première fois qu'un changement distinct de l'ocytocine est lié à des comportements prosociaux antérieurs", rapporte Zak.

Le fait que les comportements d'aide améliorent la qualité de la vie avait déjà été démontré par des études antérieures. En effet, apporter son aide et être généreux envers les autres réduit le stress, les symptômes dépressifs et la pression sanguine, ce qui limite le risque d’accident vasculaire. Et ce comportement est associé à une longévité accrue.

Cette nouvelle étude montre que servir les autres semble inciter le cerveau à libérer davantage d'ocytocine dans une boucle de rétroaction positive d'empathie et de gratitude accrues. 

Alors que dans un sondage Ifop réalisé après la crise sanitaire, 77 % des Français déclaraient vouloir s’ouvrir davantage aux autres, cette information pourrait inciter davantage de personnes à en faire de même!  



Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES