• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Infection alimentaire

Rappel de fromages : quels sont les symptômes et les traitements de la listériose ?

Ce 6 avril, le site gouvernemental Rappel Conso annonce le rappel de plusieurs fromages au lait cru, en raison d'une suspicion de contamination à la Listeria. Cette bactérie est à l’origine la listériose, une maladie qui peut être grave. Mais comment se manifeste cette infection ? De quelle manière est-elle soignée ? Explications.

Rappel de fromages : quels sont les symptômes et les traitements de la listériose ? PicturePartners/iStock


  • Publié le 06.04.2022 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Chaque année, environ 300 cas de listériose sont recensés en France.
  • Les personnes qui auraient consommé les fromages faisant l’objet de ce rappel et qui présenteraient ces symptômes, sont invitées à consulter leur généraliste sans délai en lui signalant cette consommation.

Après les pizzas de l'enseigne Buitoni et les chocolats de la marque Kinder, c’est désormais au tour de certains fromages au lait cru de faire l’objet d’un rappel. La raison : ces produits laitiers vendus en grande surface sont soupçonnés d'être contaminés par la Listeria monocytogenes, responsable de la listériose. Dans la liste des aliments retirés de la vente, publiée par le site gouvernemental Rappel Conso, on retrouve les coulommiers et les Bries des marques Normanville, Graindorge et Franprix. Les autorités recommandent aux Français détenant ces fromages de ne pas les consommer et de les rapporter au point de vente pour se faire rembourser ou de les jeter immédiatement, car la listériose est une pathologie qui peut avoir de graves conséquences pour les personnes les plus fragiles.

Quels sont les signes cliniques qui doivent nous alerter ?

La listériose est une infection d’origine alimentaire, dont le délai d'incubation peut aller jusqu'à huit semaines. Il arrive parfois que les personnes soient contaminées sans présenter de symptômes. Mais d’après le ministère de la Santé, cette maladie se manifeste, en général, par une fièvre plus ou moins élevée, des maux de tête et parfois des troubles digestifs (nausées, diarrhées, vomissements). Une infection des méninges et du cerveau peut survenir et mettre en jeu le pronostic vital de la personne malade.

"Des formes graves avec des complications neurologiques et des atteintes maternelles ou fœtales chez la femme enceinte peuvent également parfois survenir. Les femmes enceintes ainsi que les personnes immunodéprimées et les personnes âgées doivent être particulièrement attentives à ces symptômes", peut-on lire sur le site gouvernemental Rappel Conso.

Selon l’Institut Pasteur, la listériose chez la femme enceinte peut avoir des répercussions pour l’enfant à naître. Le nouveau-né infecté peut présenter une infection sévère, souvent aggravée par la prématurité, qui peut combiner septicémie, infection pulmonaire, neurologique et parfois cutanée.

De quelle manière la listériose est-elle prise en charge ?

Le traitement de la listériose repose sur la prise d’antibiotiques. "En l’état actuel des connaissances, il n’existe pas d’élément en faveur de la mise en place systématique d’une antibioprophylaxie (traitement par antibiotique après exposition à un risque de contamination par Listeria) en l’absence de signe clinique évocateur d’une listériose chez une personne ayant consommé un produit contaminé", développe le ministère de la Santé.

Comment prévenir la listériose ?

Pour éviter de contracter cette infection, il convient de respecter des règles d’hygiène précises lors de la préparation et la conservation des aliments. L’Anses préconise de nettoyer les surfaces souillées par des aliments et de ne pas poser d’aliments non emballés directement sur les étagères. L’autorité sanitaire conseille également de se laver les mains avant de manipuler des produits crus, de nettoyer les ustensiles et les surfaces de travail avant et après leur utilisation. Autre recommandation : conserver les restes au réfrigérateur moins de 3 jours, et dans le cas d’aliments à consommer chauds, les réchauffer à une température interne supérieure à +70 °C.

"Pour les femmes enceintes et les personnes les plus à risque, il est recommandé d’éviter les aliments fréquemment contaminés par L. monocytogenes tels que les fromages au lait cru (surtout à pâte molle), la croûte des fromages en général, les poissons fumés, les coquillages crus, le tarama et les produits carnés crus type charcuterie", peut-on lire sur le site de l’Anses.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES