• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Psychologie

Le cerveau des altruistes est-il différent ?

Être trop altruiste pourrait avoir une explication dans notre cerveau.

Le cerveau des altruistes est-il différent ? Halfpoint/iStock


  • Publié le 02.04.2022 à 12h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'amygdale, une petite structure au centre de notre cerveau, pourrait être impliquée dans nos capacités à reconnaître les émotions des autres et dans certains cas à devenir hyper empathique.

L'étude de l'amygdale

C'est en étudiant le cerveau des enfants psychopathiques, ayant un comportement marqué par une insensibilité aux autres, un contrôle de soi limité et des comportements antisociaux comme la manipulation ou la duperie, que le rôle de l'amygdale a été mise en avant. Chez ces derniers, incapables de détecter la peur chez les autres, une bonne partie de cette zone du cerveau était inactive.

À l'inverse, une amygdale hyperactive pourrait amener certaines personnes à être particulièrement attentives à la peur et à la souffrance des autres, de façon extraordinaire par rapport à d'autres.

Sommes-nous tous capables d'empathie ?

Nous sommes tous équipés du matériel neurologique pour exprimer de l'empathie pour les autres et vouloir aider ceux qui sont en détresse. Cependant, l'activation plus ou moins importante de l'amygdale en particulier, pourrait être responsable chez certains d'un altruisme exacerbé, et chez d'autres d'une incapacité à reconnaître les émotions négatives.

Si nous naissons avec cette capacité, elle s'exprime différemment au cours de notre vie puisqu’un enfant peut être psychopathique mais avoir un caractère différent en grandissant.

En savoir plus : "Altruistes et psychopathes : Leur cerveau est-il différent du nôtre ?" de Abigail Marsh.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES