• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Disparités

Les femmes racisées seraient plus touchées par une ménopause précoce

Les inégalités sociales ont un impact sur la santé des femmes. Pour preuve : les symptômes liés à la ménopause seraient plus précoces et sévères chez les adultes noires, asiatiques, hispaniques, que chez les personnes blanches, d’après une étude américaine.

Les femmes racisées seraient plus touchées par une ménopause précoce Anna Frank/iStock


  • Publié le 16.03.2022 à 16h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les femmes noires, asiatiques, hispaniques présentent une ménopause 8,5 mois plus tôt que les participantes blanches.
  • 27 % des femmes racisées ont déclaré présenter des symptômes dépressifs cliniquement significatifs, contre 22 % des femmes blanches.

Généralement, l’arrêt de l’ovulation et la disparition des règles chez les femmes se présentent entre 45 et 55 ans. Lorsque ce processus survient avant l’âge de 40 ans, on parle de ménopause précoce. Cette dernière peut être d’origine génétique ou provoquée par un traitement (chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie). Dans une récente  étude publiée dans la revue Women's Midlife Health, un groupe de chercheurs américains a révélé que le stress chronique développé par les femmes de couleur, à cause l’expérience du racisme et de la pauvreté, pouvait également être responsable d’une ménopause précoce.

"Aucun effort pour examiner les disparités ethniques et raciales en matière de santé"

Pour parvenir à cette conclusion, les scientifiques ont analysé les données de la Study of Women’s Health Across the Nation (SWAN), qui a suivi durant 25 ans des femmes noires, asiatiques, hispaniques et blanches, âgées entre 42 et 52 ans au début des travaux.

Bien que la SWAN n'ait pas évalué explicitement le "racisme structurel", les auteurs ont passé en revue plus de 100 études qui ont examiné les différences raciales et ethniques avec les désavantages socio-économiques. D’après les données, toutes les femmes ont grandi au moment où les lois "Jim Crow" étaient en vigueur aux États-Unis, une période pendant laquelle la ségrégation raciale était légalisée.

"Jusqu'à présent, aucun effort n'avait été fait pour examiner les disparités ethniques et raciales en matière de santé dans la recherche à un niveau macroéconomique", ont indiqué les auteurs dans un communiqué.

La ménopause apparaît plus tôt chez les femmes racisées

Selon l’étude, 46 % des femmes racisées, contre 37 % des femmes blanches, ont déclaré ressentir des symptômes vasomoteurs, qui modifient la taille des vaisseaux sanguins. D’après les résultats, la ménopause surviendrait 8,5 mois plus tôt chez les femmes noires, asiatiques, hispaniques que chez les participantes blanches. Les scientifiques ont constaté que les volontaires racisés avaient 50 % de plus de signaler des bouffées de chaleur et étaient plus susceptibles de souffrir de dépression et de troubles du sommeil que les femmes blanches.

"Notre analyse suggère que l'influence durable du racisme structurel contribue de manière importante aux disparités de santé entre les femmes racisés et blanches", a déclaré, Siobán Harlow, professeur à l'université du Michigan et auteur principal des travaux. D’après le chercheur, "il est clair que la discrimination et le racisme structurel jouent un rôle important sur la santé en général, mais il est difficile d'obtenir l'histoire complète."

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES