• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sondage

Violences conjugales : plus de neuf jeunes femmes sur dix, de 12 à 24 ans, disent en avoir déjà subi

D’après une récente enquête, 90,3 % des jeunes femmes de 12 à 24 ans ont déjà été victimes de violences conjugales, qu’elles soient physiques, sexuelles ou psychologiques.

Violences conjugales : plus de neuf jeunes femmes sur dix, de 12 à 24 ans, disent en avoir déjà subi asiandelight/iStock

  • Publié le 16.12.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • 90,3 % des jeunes femmes de 12 à 24 ans ont déjà été victimes de violences conjugales au cours du relation affective ou amoureuse.
  • 59 % des interrogées ont déjà subi des violences sexuelles. Ces sévices ne concernent pas uniquement les couples hétérosexuels.
  • 62% des personnes sondées ayant subi des violences au sein de leur couple en ont parlé à quelqu’un.

Le nombre de violences conjugales n’a cessé d’augmenter ces deux dernières années. Pour preuve : les services de police et de gendarmerie ont enregistré une hausse de 10 % des sévices en 2020, selon le ministère de l’Intérieur. Aucune tranche d’âge n’est épargnée par les violences conjugales. Et pour cause, un sondage, publié le 14 décembre et relayé par le HuffPost, a dévoilé des chiffres alarmants sur les sévices subis par les jeunes femmes âgées de 12 à 24 ans au cours du relation affective ou amoureuse. Cette enquête a été réalisée par l’association En avant toute(s) et Les Petites Glo, une lettre d’information féministe destinée aux adolescentes, grâce à un questionnaire en ligne. Au total, 3.127 jeunes ont répondu aux interrogations.

Les résultats ont révélé que plus de neuf jeunes femmes sur dix avouaient avoir déjà subi des violences conjugales. "Cela s’exprime d’abord à travers la violence verbale et psychologique : 47% des répondantes ont déjà été insultées au cours d’une relation et 46% se sont déjà senties rabaissées par des attitudes ou des phrases méprisantes", peut-on lire dans le sondage.

Plus d’une jeune femme sur deux ont subi des violences sexuelles

Autre chiffre qui fait froid dans le dos : 59 % des femmes sondées ont déclaré qu’elles se sont déjà senties obligées d’avoir des relations sexuelles ou d’effectuer certaines pratiques par peur que leur partenaire les quitte ou qu’il ne les aime plus. Ce type de sévices ne touche pas uniquement les couples hétérosexuels. 38 % des jeunes interrogées s’identifiant comme homosexuelles et 64 % des bisexuelles ou pansexuelles ont aussi déjà été victimes de sévices sexuelles.

"Seulement 62% des personnes interrogées ayant subi des violences au sein de leur couple en ont parlé à quelqu’un, le plus souvent à un(e) ami(e). Celles et ceux qui ne disent rien ont par exemple ‘envie d’oublier cette histoire’ (42,9%), ‘peur des conséquences’ (28,40%) ou ne savent pas à qui s’adresser (16,31%). Pourtant, il est essentiel de rompre le silence et de ne pas rester seul(e), car les violences isolent", signale l’association En avant toute(s) et Les Petites Glo.

Les conséquences des violences conjugales sur la santé

Dans un avis publié en octobre 2019, la Haute Autorité de Santé (HAS) a rappelé que les violences conjugales ont des conséquences graves, immédiates ou à plus long terme, sur la santé des femmes qui les subissent. Parmi les répercussions, on retrouve "des traumatismes physiques, le développement de comportements à risque, un impact sur la santé mentale… voire le décès de la victime." Ces femmes peuvent également souffrir de pathologies gynécologiques, de dépendance à l’alcool ou encore de maladies liées au stress.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES