• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Médecine alternative

Inflammation : comment rendre l’acupuncture efficace ?

Cette méthode médicinale traditionnelle nécessite la présence de certains neurones afin de parvenir à déclencher une réponse anti-inflammatoire.

Inflammation : comment rendre l’acupuncture efficace ? privetik/iStock

  • Publié le 03.11.2021 à 09h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L’acupuncture déclenche une signalisation nerveuse qui permettrait de traiter la tempête de cytokines qui provoque une inflammation systémique grave.
  • L'acupuncture marche bien dans les membres postérieurs mais pas dans l'abdomen.

L'acupuncture est une technique traditionnelle chinoise utilisée depuis des millénaires pour traiter la douleur chronique et d'autres problèmes de santé associés à l'inflammation. Elle est également utilisée aujourd’hui pour soulager un certain nombre de maladies telles que la dépression, l’épilepsie, la schizophrénie ou encore les douleurs chroniques. Cette méthode permettrait même de réduire les bouffées de chaleur pour les femmes ménopausées.

L’acupuncture efficace sur certaines parties du corps et pas d’autres

La base scientifique de cette technique reste mal comprise. Dans une nouvelle étude, parue le 13 octobre dans la revue Nature, des chercheurs en neuroscience de l’université de médecine d’Harvard sont parvenus à élucider la neuroanatomie sous-jacente de l'acupuncture qui active une voie de signalisation spécifique. Ils ont identifié un sous-ensemble de neurones qui doivent être présents pour que l'acupuncture déclenche une réponse anti-inflammatoire via cette voie de signalisation.

Les scientifiques ont déterminé que les neurones nécessaires à l’efficacité de l’acupuncture se produisent uniquement dans une zone spécifique de la région des membres postérieurs. “Cela expliquerait pourquoi l'acupuncture dans les membres postérieurs fonctionne, contrairement à l'acupuncture dans l'abdomen”, pointent les chercheurs.

Traiter la tempête de cytokines

Les chercheurs se sont principalement intéressés à la tempête de cytokines, ce qui provoque fréquemment une inflammation systémique grave et qui peut être déclenchée par de nombreux facteurs comme la Covid-19, le traitement du cancer ou l’état septique. “Cette réponse immunitaire exubérante est un problème médical majeur avec un taux de mortalité très élevé de 15% à 30%, souligne Qiufu Ma, professeur de neuobiologie et auteur principal de l’étude. Les médicaments pour traiter la tempête de cytokines font défaut.” L’acupuncture déclenche une signalisation nerveuse qui affecte le fonctionnement d'autres parties du corps, y compris les organes, et pourrait ainsi traiter ce problème.

Les chercheurs se fondent sur une étude de 2014, publiée dans Nature Medicine, dans laquelle des scientifiques ont rapporté que l'électroacupuncture, une version moderne de l'acupuncture traditionnelle qui utilise la stimulation électrique, pourrait réduire la tempête de cytokines chez la souris. Cela se produit par l’activation de l'axe vagal-surrénalien, une voie dans laquelle le nerf vague signale aux glandes surrénales de libérer de la dopamine.

Cette recherche a ensuite été complétée par une autre, parue en 2020 dans la revue Neuron, où les chercheurs d’Harvard ont découvert que cet effet d'électroacupuncture est spécifique à la région. Il est efficace lorsqu'il était administré dans la région des membres postérieurs, mais n’a pas d'effet lorsqu'il est administré dans la région abdominale. L'équipe a émis l'hypothèse qu'il pourrait y avoir des neurones sensoriels uniques à la région des membres postérieurs responsables de cette différence de réponse.

Comprendre les zones à cibler

Dans leur nouvelle étude, les chercheurs ont mené une série d'expériences sur des souris pour étudier cette hypothèse. Tout d'abord, ils ont identifié un petit sous-ensemble de neurones sensoriels marqués par l'expression du récepteur PROKR2Cre. Ils ont déterminé que ces neurones sont trois à quatre fois plus nombreux dans le tissu du fascia profond du membre postérieur que dans le fascia de l'abdomen.

Ils ont ensuite testé cela sur des modèles de souris dépourvues de ces neurones sensoriels. Ils ont découvert que l'électroacupuncture dans les membres postérieurs n'activait pas l'axe vagal-surrénalien. Dans une autre expérience, l'équipe a utilisé une stimulation basée sur la lumière pour cibler directement ces neurones sensoriels dans le fascia profond du membre postérieur. Cette stimulation a activé l'axe vagal-surrénalien d'une manière similaire à l'électroacupuncture. “Fondamentalement, l'activation de ces neurones est à la fois nécessaire et suffisante pour activer cet axe vagal-surrénalien”, poursuit Qiufu Ma.

Dans une dernière expérience, les scientifiques ont exploré la distribution des neurones dans le membre postérieur. Ils ont découvert qu'il y a beaucoup plus de neurones dans les muscles antérieurs du membre postérieur que dans les muscles postérieurs, ce qui entraîne une réponse plus forte à l'électroacupuncture dans la région antérieure. “Sur la base de cette distribution de fibres nerveuses, nous pouvons prédire presque précisément où la stimulation électrique sera efficace et où elle ne le sera pas”, a conclu Qiufu Ma.

Des tests cliniques sur les humains

Ensemble, ces résultats fournissent “la première explication neuroanatomique concrète de la sélectivité et de la spécificité des points d'acupuncture, a estimé l’auteur principal de l’étude. Ils nous disent les paramètres de l'acupuncture, donc où aller, à quelle profondeur aller, quelle doit être l'intensité.” Bien que ces résultats aient été obtenus sur des modèles de souris, il estime que les mêmes résultats sont à prévoir chez l’humain. La prochaine étape sera les tests cliniques de l'électroacupuncture chez les humains atteints d'inflammation causée par des infections du monde réel telles que la Covid-19.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES