Publicité

QUESTION D'ACTU

Frites, burger, soda...

Fast-food : la guerre de la diététique est lancée

Burger King vient de lancer des frites lights et McDonald’s des menus diététiques. Des efforts louables selon certains nutritionnistes, même si le marketing est en toile de fond.

Fast-food : la guerre de la diététique est lancée Eye Ubiquitous / Rex Fe/REX/SIPA

  • Publié 28.09.2013 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les fast-foods se lanceraient-ils dans la bataille du « bien manger » ? Aux Etats-Unis, le géant Burger King propose depuis le 24 septembre des frites « light » : les Satisfries. Rien ne change a priori : même huile de friture, même pomme de terre. Mais un procédé classé secret défense fait absorber moins d’huile à cette frite ondulée. Dorénavant, le client pourra choisir entre une portion de frites à 270 calories et une autre à 340. McDonald’s surenchérit deux jours plus tard avec l’annonce de nouveaux menus diététiques.


Des frites 30% moins grasses

Les Satisfries de Burger-King, c’est 80 calories de moins que la petite portion de frites standard. Elles sont 1/3 moins grasses, 20% moins caloriques et surfent sur la vague du manger sain. La chaîne américaine se compare même à l’autre géant de la frite : McDonald’s serait presque deux fois plus gras et calorique. McDonald’s n’a pas attendu pour répliquer. Ce jeudi 26 septembre, la chaîne au clown a annoncé un plan diététique à échelle mondiale d’ici 2020. Il s’inscrit dans le cadre de la lutte contre l’obésité infantile aux Etats-Unis et en fait profiter le monde entier. Finis les menus gras pour les petits comme les grands : des fruits et des légumes seront maintenant disponibles. Et le géant américain appuiera ce plan à grands coups de publicités : 35 millions de dollars seront alloués à la communication. Alors le fast-food light est-il un coup marketing ou témoigne-t-il du souci pour le bien-manger des clients ?

 

Ecoutez le Dr Arnaud Cocaul, nutritionniste au Centre médical Saint Michel et à l’hôpital de la Pitié Salpétrière à Paris :  « Le souci de la santé rencontre le plan marketing. Il y a une petite population, qui s'éloigne des fastfoods, à recapter. »


Des légumes à la place des frites

Depuis quelques années, la guerre du light fait rage entre les fast-foods. Dans son communiqué, Burger King vient titiller ses concurrents où ça fait mal. « Ce n’est pas réaliste de demander aux gens de remplacer les frites par des bâtons de carotte et de céleri, » déclare le diététicien de la chaîne, Keri Gans. C’est exactement ce que propose McDonald’s dans les menus enfants.


McDonald’s lance les hostilités en 2010 avec le « So Grilled. » Un pain cuit sur pierre, du steak grillé pour un burger plus sain. Quick, McDo et Subway se font la guerre à coups d’innovations : boissons moins sucrées, frites moins salées, informations nutritionnelles… Tout est bon pour surpasser le concurrent. Cette année, le français Quick signe la « Charte d’engagements volontaires de progrès nutritionnels ». Avec son nouveau plan diététique, la chaîne au clown fait évoluer l’ensemble de sa carte. Ainsi, lorsqu’un client choisit un sandwich ou un wrap, il peut lui associer de la salade, des fruits ou des légumes à la place des frites. Les « Happy Meal » américains proposeront de l’eau, du lait et des jus de fruit, contiendront deux fois moins de frites et le dessert sera une pomme. Un menu idéal en somme.

 

Ecoutez le Dr Arnaud Cocaul :  « La boisson de référence doit être l'eau. Et si on prend une frite, on la prend de une taille moyenne. »

 

Fast-food ne doit plus rimer avec junk-food

En France, l’argument santé est en plein boom. Chez McDonald’s, les menus « Happy Meal » pour enfants proposent des fruits et légumes. Côté adultes, vous pouvez choisir entre un menu burger ou un menu salade. Sur chaque aliment ou boisson, des informations nutritionnelles sont dispensées. Pour le concurrent Quick, le manger sain n’est pas moins  important. Les restaurants proposent des sauces et des sandwichs moins gras. Depuis 2007, les frites ne sont plus salées, depuis 2009, les burgers non plus. Qu’on se le dise, dans les grands groupes de restauration rapide, fast-food ne doit plus rimer avec junk-food.

 

Ecoutez le Dr Arnaud Cocaul : « C'est très bien que les fastfood montrent l'exemple parce que cela peut provoquer une conscience plus grande chez les jeunes. »

 

Une salade plus calorique qu'un burger

Mais ces efforts nutritionnels ne signifient pas que la bataille est gagnée. C’est là tout le paradoxe des nouvelles offres en fast-food. Une salade Caesar au McDonald’s est plus calorique que leur célèbre Cheeseburger. Quant au Burger King, s’il propose des frites light, son offre inclut aussi des rondelles d’oignon entourées de panure frite qui sont presque deux fois plus grasses. Par ailleurs, il ne faudrait pas que les clients prennent le prétexte du light pour manger des portions plus importantes.

 

Nous sommes aussi nombreux à opter pour le soda light pour nous donner bonne conscience. L’Institut national de la santé et des recherches médicales (Inserm) a mené l’enquête sur les boissons light. Les consommateurs de sodas light risquent plus d’être atteints un diabète de type 2 que ceux qui boivent un soda classique. Pour une consommation de 0,5 litre par semaine, un buveur de light développe un risque accru de 15% et atteint 59% de risques supplémentaires pour une consommation hebdomadaire de 1.5L. Alors comment manger mieux au fast-food sans forcément manger light ?

 

Ecoutez le Dr Arnaud Cocaul :  « Il faut s'aventurer vers des produits moins attrayants au niveau du prix mais mieux équilibrés »

 

La restauration rapide se tourne vers la qualité nutritionnelle. Cela marque un premier pas vers le mieux manger. Mais c'est l'ensemble du rapport à la nourriture qui doit changer. Les jeunes mangent trop gras et ne varient pas assez leur alimentation. Pour les nutritionnistes, c'est aussi aux institutions d'insister sur l'éducation alimentaire et aux familles d'apprendre aux enfants comment manger équilibré sans se priver. Et il y a urgence puisqu'aux Etats-Unis, un adulte sur trois est aujourd'hui obèse. En France, 15% ont un IMC supérieur à 30 et un enfant sur cinq est en surpoids.

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité