Publicité

QUESTION D'ACTU

Perte de poids, amaigrissement…

Régimes: la chasse aux calories ne sert à rien

Un spécialiste américain prend position contre le comptage des calories dans l'alimentation. Le nombre de calories que l'on croit ingérer ne serait notamment par toujours le bon.   

Régimes: la chasse aux calories ne sert à rien ED OU/AP/SIPA

  • Publié 25.08.2013 à 09h09
  • |
  • |
  • |
  • |


Un yaourt c’est 80 calories, 100 gr de salade de fruits équivaut environ à 50 calories et une cacahuète à elle-seule représente 10 calories. Alors que certains accros du régime connaissent par cœur ces équivalences caloriques, un biologiste américain de l’Université de Caroline du Nord, Rob Dunn, vient récemment d’avancer plusieurs arguments scientifiques contre ce dictat des chiffres dans le journal Scientific American. En effet selon Rob Dunn, si vous souhaitez perdre du poids, le fait de compter minutieusement les calories ne sert à rien. Et cela, pour plusieurs raisons. Tout d’abord, ce scientifique explique que des études montrent que le nombre de calories affichées sur l’étiquette d’un aliment peut en réalité différer à l’absorption, d’un individu à l’autre. Chacun digèrerait différemment notamment en fonction du type et de l'abondance des bactéries intestinales. Les experts expliquent par exemple que les obèses pourraient avoir une surabondance de certains types de bactéries, les rendant plus efficaces pour absorber les calories.

 

Autre argument de ce biologiste, il affirme qu’une grande partie des données nutritionnelles sur lesquelles se basent les étiquettes alimentaires ne sont pas à jour et sont issues de données scientifiques datant du 19ème siècle. Par ailleurs, dans ses propos rapportés par le Daily Mail, Rob Dunn cite une étude scientifique qui a montré l’année dernière que sur une portion d’amandes affichant 170 calories, en réalité ce sont plutôt 129 calories qui seraient réellement absorbées par l’organisme. L’une des explications fournis est que de nombreux aliments passent simplement à travers le corps sans être réellement digérés, car nous notre système digestif ne disposerait pas des outils pour briser les graines et les fibres dures. D’autres spécialistes confirment aussi que le nombre de calories réellement absorbées varie en fonction des individus, mais ils l’expliquent par le fait que la transformation de l’absorption calorique dans le corps varie en fonction des gens.

 

Ecoutez Arnaud Cocaul, médecin nutritionniste : «  Une calorie reste une calorie, par contre c’est son devenir dans l’organisme qui diffère. Chacun va métaboliser et donc transformer différemment les calories dans son corps. »


 

De plus pour Rob Dunn, les gens qui se fient scrupuleusement au comptage des calories pour établir leur régime minceur ou leur « assiette santé » idéale oublient trop souvent que la façon de cuire et d’assaisonner les aliments fait également varier sensiblement l’apport calorique noté sur l’emballage au départ. Ainsi, une étude comparative menée sur des souris a par exemple montré que lorsqu’on les nourrit avec des patates douces crues, elles perdent du poids. A l’inverse avec la même quantité de patates douces, mais cuites, les souris étrangement grossissent. Enfin, d’autres spécialistes précisent qu’en matière d’absorption des calories la mastication joue elle aussi, un rôle essentiel. « Les gens qui avalent sans mâcher ont des perturbations métaboliques parce qu’ils ingèrent davantage de calories qu’ils ne leur en faut réellement » explique Arnaud Cocaul.

 

Ecoutez Arnaud Cocaul : « La biodisponibilité des calories est meilleure quand on mastique lentement. Le cerveau a une comptabilité calorique parfaite dès lors qu’on lui laisse le temps d’ajuster la teneur calorique du repas aux besoins réels. » 


 

Si comptez les calories ne sert à rien selon ce biologiste américain, pour perdre du poids il émet l’hypothèse qu’il faudrait privilégier notamment les aliments crus ou complets qui sont difficiles à digérer. Des conseils que ne partagent par l’ensemble des nutrionnistes. Notamment en France, les spécialistes s’accordent plutôt à dire qu’au lieu de sortir sa calculette à calories à chaque repas, l’approche la plus saine, y compris lorsque l’on veut perdre du poids, serait plutôt de raisonner en portion. Alors qu’un régime très célèbre a justement fait sa renommée grâce à son système de point/aliment, certains experts aujourd’hui en reviennent. « Ce système de comptage calorique ou de points rend les gens qui veulent perdre du poids obsessionnels. Ils deviennent presque fou dès lors qu’ils dépassent un tout petit peu leur comptabilité journalière » ajoute Arnaud Cocaul.

 

Ecoutez Arnaud Cocaul : « Il faut libérer les gens du carcan calorique et fonctionner plutôt sur la taille des portions. A chacun sa portion en fonction de son sexe, de son âge de sa stature. J’ai réussi à faire perdre du poids à des patients simplement en changeant le format de leur assiette. »


 

«  Les méthodes de régime basées sur le comptage des calories ont souvent l’effet inverse sur les gens qui souhaitent maigrir. Elles les désajustent au niveau de l’apport calorique. Quand on les voit arriver après ce type de régime, on a l’impression que leur cerveau est totalement déconnecté de ce qu’ils mettent en bouche. Ils développent des compulsions, comme s’ils leur fallait un remplissage après une phase de restriction qui a été vécu comme une famine par le corps » conclut Arnaud Cocaul. Par conséquent le comptage des calories est désormais loin de faire l’unanimité chez les médecins spécialistes. Actuellement la plupart des professionnels de la perte de poids préfèrent, particulièrement chez les personnes ayant déjà fait plusieurs régimes restrictifs, à favoriser les méthodes d’amaigrissement basées sur un retour des sensations alimentaires comme la faim ou la satiété.   

 

 

 

 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité