• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sexologie

Europe : les Françaises sont les moins satisfaites de leur vie sexuelle

Quel est l'état de la sexualité des Européennes dans un contexte pandémique des plus nocifs pour leur bien-être mental en général et leur activité et sociabilité sexuelle en particulier ?

Europe : les Françaises sont les moins satisfaites de leur vie sexuelle gmast3r / istock.

  • Publié le 03.09.2021 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • 13% des Françaises n'ont jamais d'orgasme.
  • 30% des femmes ont déjà ressenti de la douleur durant les rapports sexuels.

Selon une nouvelle enquête de l’Ifop pour The Poken Company, c'est dans l'hexagone que l'on compte le plus de femmes insatisfaites de leur vie sexuelle : 35%, soit beaucoup plus que dans des pays du nord comme l'Allemagne (23%) ou le Royaume-Uni (27%). L'insatisfaction des Françaises se rapproche plutôt du niveau observé dans des pays méditerranéens comme l'Italie (30%) et l'Espagne (28%).

Montée de l'inactivité sexuelle

Et cet écart entre la France et ses principaux voisins tend plutôt à se creuser, si l'on juge par la forte hausse de l'insatisfaction sexuelle féminine dans l'hexagone : +4 points entre 2016 (31%) et 2021 (35%) en France, contre une hausse moyenne de +1 point dans les 5 pays étudiés (28%).

Cette étude, réalisée dans un contexte sanitaire particulier (mars 2021), montre aussi une montée de l'inactivité sexuelle des Européennes : 37% n'avaient pas eu de rapports sexuels en un mois (contre 32% en 2016), sachant que c'est en France (41%, +10) et au Royaume-Uni (47%, +4) que l'on comptait le plus de femmes sexuellement inactives.

"Moins soumises aux risques d'opprobre pesant encore sur les femmes qui multiplient les partenaires, les Européennes du Nord affichent un nombre de partenaires sexuels (plus de 5 partenaires dans leur vie) plus important (42% en Allemagne, 38% au Royaume-Uni) que celles des pays méditerranéens et catholiques (23% en Italie, 31% en Espagne)", notent également les sondeurs.

Avec une biographie sexuelle similaire à celle des pays du Nord (37% ont eu au moins 5 partenaires dans leur vie), "les Françaises se rapprochent donc des sociétés à dominante protestante où une certaine éthique libérale en matière de mœurs réduit le contrôle social et les formes de stigmatisation qui peuvent entourer leurs comportements sexuels", ajoutent-ils.

Moins de "biffle" ou d'éjaculation faciale

L'évolution de leur répertoire sexuel est marquée par une certaine désaffection des Européennes pour les jeux sexuels popularisés par les films X et marquant une forme de soumission symbolique à leur partenaire masculin comme la "biffle" (-10 points entre 2016 et 2021, à 22%) ou l'éjaculation faciale (- 5 points, à 26%).

Enfin, si on observe toujours une plus grande banalisation des pratiques anales passives dans les pays latins - avec un record à 51% de femmes initiées à la sodomie en France, contre 43% en Allemagne et 35% au Royaume-Uni -, l'exploration du versant anal de la sexualité va aussi de pair avec des pratiques anales où elles sont actives.

Nombre de femmes ont ainsi déjà pénétré l'anus de leur partenaire avec un doigt (22%), la langue (17%) ou un objet (13%). "Certes, ces pratiques où la femme pénètre l'homme sont loin d'être courantes dans leur répertoire sexuel mais elles illustrent leur propension à assumer un rôle sexuel actif, y compris en transgressant les normes de genre", conclut l’Ifop.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité