• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Idée reçue

Non, l’excès d’hygiène ne fait pas baisser l’immunité des enfants

Une nouvelle étude balaye l’idée reçue selon laquelle la propreté et la chasse aux microbes entraîneraient des déficiences du système immunitaire des enfants, et les exposeraient donc aux allergies.

Non, l’excès d’hygiène ne fait pas baisser l’immunité des enfants Choreograph/iStock

  • Publié le 06.07.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Contrairement à une idée répandue en médecine, un excès d'hygiène personnelle et de nettoyage des surfaces dans la maison ne nuit pas au développement de l'immunité des enfants.
  • Les chercheurs avancent, entre autre, que les micro-organismes que l'on trouve dans un foyer moderne ne sont pas ceux qui participent à l'immunité.
  • De plus, le nettoyage et l'hygiène sont indispensables pour éviter la propagation des infections.
  • Ce qui cause des allergies n'est pas l'excès de propreté, mais l'exposition aux agents de nettoyge.

Non, faire une douche chaque jour et se laver régulièrement les mains ne risque pas de nuire au système immunitaire des tout-petits. C’est ce que met en lumière une nouvelle étude menée par des chercheurs de l'University College de Londres et de la London School of Hygiene & Tropical Medicine.

Il existe en médecine une "hypothèse de l’hygiène" qui avance que l’exposition à certains micro-organismes lors de la petite enfance protègerait des maladies allergiques en contribuant à renforcer le système immunitaire, mais que notre société du XXIe siècle serait trop hygiénique. Cela signifie que les enfants sont alors susceptibles d'être moins exposés aux microbes au début de leur vie et deviennent donc moins résistants aux allergies.

Faux, estime l’étude, qui vient d’être publiée dans le Journal of Allergy and Clinical Immunology. "L'exposition aux micro-organismes au début de la vie est essentielle pour 'l'éducation' des systèmes immunitaire et métabolique, explique son auteur principal, le professeur émérite de microbiologie médicale Graham Rook. Les organismes qui peuplent nos intestins, notre peau et nos voies respiratoires jouent également un rôle important dans le maintien de notre santé jusqu'à un âge avancé : nous avons donc besoin, tout au long de notre vie, d'être exposés à ces micro-organismes bénéfiques, provenant principalement de nos mères, d'autres membres de la famille et de l'environnement naturel."

"Mais depuis plus de 20 ans, l'opinion publique pense que les pratiques d'hygiène des mains et de la maison, qui sont essentielles pour empêcher l'exposition aux agents pathogènes responsables de maladies, empêchent également l'exposition aux organismes bénéfiques", poursuit le chercheur.

Pas de lien entre allergies et hygiène personnelle

Dans cette recherche, les chercheurs montrent qu’au contraire, l’hygiène préserve des agents pathogènes sans nuire aux apports microbiens nécessaires aux systèmes immunitaire et métabolique. Ils soulignent quatre facteurs.

Le premier est que les micro-organismes que l'on trouve dans un foyer moderne ne sont pas, dans une large mesure, ceux dont nous avons besoin pour l'immunité.

Deuxièmement, les vaccins, en plus de nous protéger contre l'infection qu'ils ciblent, font beaucoup plus pour renforcer notre système immunitaire.

Les produits de nettoyage en cause, pas les micro-organismes

Les chercheurs expliquent également que "nous avons maintenant des preuves concrètes que les micro-organismes de l'environnement naturel sont particulièrement importants pour notre santé. Le nettoyage et l'hygiène domestiques n'ont aucune incidence sur notre exposition à l'environnement naturel".

Enfin, ils s’appuient sur des recherches épidémiologiques récentes montrant que le nettoyage de la maison et des problèmes de santé tels que les allergies ne sont pas liés. Les allergies ne sont pas dues à l'élimination d'organismes, mais plutôt à l'exposition des poumons à des produits de nettoyage qui causent un type de dommage favorisant le développement de réponses allergiques.

"Le nettoyage de la maison est donc une bonne chose, de même que la propreté personnelle, mais, comme l'explique en détail l'article, pour prévenir la propagation des infections, il faut cibler les mains et les surfaces les plus souvent impliquées dans la transmission des infections. En ciblant nos pratiques de nettoyage, nous limitons aussi l'exposition directe des enfants aux agents de nettoyage", souligne le Pr Rook.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité