• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Hypertension

Amours des ados : pourquoi les parents ne doivent pas s'en mêler

Les adolescents qui ont des relations amoureuses intenses et des parents qui ont un comportement de contrôle psychologique sont plus exposés à faire face à l'hypertension plus tard dans la vie.

Amours des ados : pourquoi les parents ne doivent pas s'en mêler NiKita Filippov/iStock

  • Publié le 07.06.2021 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Avoir une relation amoureuse intense à l'adolescence diminue le temps passé à la découverte de soi, que ce soit seul ou avec des amis proches.
  • Les parents qui veulent tout contrôler ont tendance à culpabiliser leurs adolescents s'ils ne respectent pas les règles.
  • Les deux phénomènes combinés nuisent au bon développement et engendrent plus de stress plus tard dans la vie.

Ce n’est jamais simple pour les parents de savoir comment se positionner et se comporter vis-à-vis de leurs enfants à l’adolescence. Pour renouer le dialogue, le mieux est de le faire au cours d’activités qui les intéressent. Adopter une posture trop protectrice peut avoir de lourdes conséquences sur la santé future de son ado, surtout si celui-ci est par ailleurs engagé dans une relation amoureuse. Combinés, ces deux facteurs augmentent les risques d’hypertension plus tard dans la vie, suggère une étude parue le 24 mai dans la revue Development and Psychopathology.

Un mélange dangereux

Pour mener leur recherche, les scientifiques américains de l’université de Virginie ont passé au crible les données d’une étude débutée en 1998 et incluant 184 participants, alors âgés de 13 ans. En plus, les chercheurs ont observé une cohorte de 146 personnes âgés de 17 et 19 ans pour en savoir plus sur leurs relations amoureuses avant de prendre la mesure de leur tension artérielle quand ils avaient entre 29 et 31 ans.

Les résultats ont montré un lien direct entre l’intensité des relations amoureuses à l’adolescence et âgés de 17 et 19 ans pour en savoir plus sur leurs relations amoureuses plus tard dans la vie. Les chercheurs ont noté que ce lien se trouve renforcé lorsque ces personnes ont grandi avec des parents qui ont exercé un comportement de contrôle psychologique lorsqu’elles étaient adolescentes. “Il s’agit d’un mélange dangereux, estime Joseph Allen, auteur principal de l’étude. Les adolescents concernés sont un peu au-dessus de leurs têtes. Ce n'est pas seulement qu'ils ont une bonne relation amoureuse. C'est une relation qui absorbe en quelque sorte leur temps et leur énergie à un degré inhabituel.”

Avoir de mauvaises relations amicales augmentent le stress

Passer beaucoup de temps seul avec un partenaire à l’adolescence diminue le temps passé à la découverte de soi, estiment les chercheurs, que ce soit tout seul ou avec des amis proches. “Avoir des parents contrôlants fait également partie du modèle, ajoute Joseph Allen. Ils ont tendance à culpabiliser leurs adolescents s'ils ne respectent pas les règles. Donc, vous partez de cette famille trop contrôlante, puis vous êtes dans ces relations super intenses.” En outre, les participants concernés ont également déclaré avoir des amitiés problématiques en tant que jeunes adultes. “Ils avaient des amitiés qui ne se sont pas très bien passées, où il y avait beaucoup de conflits et de disputes par opposition à de bonnes amitiés stables et étroites, a observé le chercheur. C'est comme si les participants n'avaient jamais vraiment appris à avoir une bonne et étroite amitié.”

Selon les chercheurs, l’absence de temps seul et en compagnie d’amis proches forment un cocktail qui engendrent du stress et de l’hypertension. “Ce que nous pensons, c'est qu'avoir des relations qui ne se passent pas bien est l'une des choses les plus stressantes que vivent les humains, car nous sommes des animaux de meute, affirme Joseph Allen. Vous savez, vous pouvez avoir tout l'argent du monde, mais si vos relations sont mauvaises, vous ne serez pas heureux. Donc, nous pensons que c'est le stress d'avoir ces mauvaises relations, ces relations problématiques qui prédisent finalement que [les adolescents] auront une pression artérielle plus élevée plus tard dans la vie. Nous ne savons pas si cela l'a réellement causé, mais nous avons de nombreuses preuves que le stress à différents moments était directement prédictif d'avoir des niveaux de tension artérielle plus élevés.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES