• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Se tuer à la tâche

Travailler plus de 55 heures par semaine augmente le risque de décès

Travailler 55 heures ou plus par semaine a été associé à une hausse de 35% du risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) et de 17% du risque de mourir d'une cardiopathie ischémique.

Travailler plus de 55 heures par semaine augmente le risque de décès nensuria / istock.

  • Publié le 17.05.2021 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Il s'agit de la première analyse mondiale des pertes de vies humaines et des atteintes à la santé associées aux trop longues heures de travail.
  • L'OMS et l'OIT estiment qu'en 2016, 398 000 personnes sont mortes d'un AVC et 347 000 d'une maladie cardiaque pour avoir travaillé au moins 55 heures par semaine.
  • La plupart des décès enregistrés concernaient des personnes âgées de 60 à 79 ans, qui avaient travaillé pendant 55 heures ou plus par semaine lorsqu'elles avaient entre 45 et 74 ans.

"Travailler 55 heures ou plus par semaine représente un grave danger pour la santé". D’après une nouvelle étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation internationale du travail (OIT), publiée ce lundi dans la revue Environment International, trop s’investir professionnellement augmente le risque de décès dus aux maladies cardiaques et aux accidents vasculaires cérébraux (AVC).

"Il est temps que tous - gouvernements, employeurs et salariés - nous admettions enfin que de longues heures de travail peuvent entraîner des décès prématurés", estime la Dr Maria Neira, directrice du département environnement, changement climatique et santé à l'OMS.

Une tendance à la hausse 

Plus précisément, travailler 55 heures ou plus par semaine a été associé à une hausse de 35 % du risque d'accident vasculaire cérébral (AVC) et de 17 % du risque de mourir d'une cardiopathie ischémique. Une tendance d’autant plus inquiétante qu’elle est en hausse : entre 2000 et 2016, le nombre de bourreaux de travail décédés de cardiopathies a augmenté de 42 %. Idem pour les AVC, en hausse de 19%. L’OMS résume :"maintenant que l'on sait qu'environ un tiers du total de la charge de morbidité liée à la profession est imputable aux longues heures de travail, cela en fait le premier facteur de risque de maladie professionnelle".

Notons que l’étude a récolté ses données avant l’épidémie de la Covid-19 qui, selon les experts, tend à augmenter le nombre d’heures travaillées par semaine.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES