• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sécurité routière

Tester son taux d’alcoolémie avec un smartphone : attention aux erreurs !

Décrits comme pratiques et sûrs par leurs fabricants, les éthylotests sur smartphones sont en réalité loin d’être précis. Une nouvelle étude montre que, dans la moitié des cas, ils n’arrivaient pas à détecter les utilisateurs qui ont dépassé le taux d’alcoolémie légal pour conduire.

Tester son taux d’alcoolémie avec un smartphone : attention aux erreurs ! bernardbodo/iStock

  • Publié le 10.05.2021 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • En testant ces alcootests sur smartphones auprès de participants, les chercheurs ont constaté qu'ils manquaient de précision et ne détectaient pas toujours le niveau d’alcoolémie limite pour prendre le volant.

Chaque année, en France, 30 % des accidents de la route les plus graves sont liés à l'alcool au volant. En 2017, les routes françaises ont comptabilisé 1 035 victimes d'accidents mortels provoqués par des conducteurs en état d'ébriété.

Plusieurs études ont démontré que les buveurs ne peuvent pas estimer avec précision leur propre taux d'alcoolémie. Aussi, l’apparition ces dernières années d’alcootests a fait figure d’évolution majeure dans la prévention des accidents de la route liés à l’alcool. Désormais, chacun peut mesurer son propre taux d’alcoolémie afin de déterminer s’il ou elle peut prendre sans risque le volant.

La dernière génération de ces alcootests se trouve sur smartphone. Il existe des applications à télécharger capables, selon leurs fabricants, de détecter avec précision le taux d’alcool dans le sang. Mais une nouvelle étude de la Perelman School of Medicine de l'Université de Pennsylvanie montre qu’en réalité, tous ces alcootests sur smartphone sont loin d’être fiables. Publiés dans la revue Alcoholism : Clinical & Experimental Research, les travaux montrent qu’au moins la moitié de ces alcootests n’ont pas été capables de détecter quand un utilisateur avait dépassé le taux limite d’alcool dans le sang pour conduire.

"Il est de notoriété publique qu'il ne faut pas conduire en état d'ébriété, mais souvent les gens n'ont pas ou ne prévoient pas d'autres moyens de transport et ont du mal à juger de leur aptitude à conduire après avoir bu, explique M. Kit Delgado, professeur adjoint de médecine d'urgence et d'épidémiologie à Penn. Certains utilisent des éthylotests pour smartphone afin de savoir s'ils sont au-dessus de la limite légale de conduite. Si ces dispositifs amènent les gens à croire à tort que leur taux d'alcoolémie est suffisamment bas pour conduire en toute sécurité, ils mettent en danger non seulement eux-mêmes, mais aussi toutes les autres personnes sur la route ou dans la voiture."

Des appareils pas toujours fiables

Pour évaluer ces dispositifs, les chercheurs ont fait appel à 20 buveurs modérés âgés de 21 à 39 ans. Les participants ont reçu trois doses de vodka sur une période de 70 minutes dans le but d'atteindre un pic d'alcoolémie supérieur à la limite légale de conduite d'environ 0,10 %. Après chaque dose, le taux d'alcoolémie des participants a été mesuré à l'aide de dispositifs couplés à un smartphone et d'un appareil portatif de qualité policière. Après la troisième dose, les participants ont subi une prise de sang et un test d'alcoolémie, la méthode la plus précise pour mesurer la consommation d'alcool. Les chercheurs ont également étudié la capacité des appareils à détecter une concentration d'alcool dans l'air expiré supérieure aux limites légales courantes pour la conduite (0,05 % et 0,08 %). Ils ont utilisé une analyse statistique pour explorer les différences entre les mesures.

Les résultats ont montré que les sept appareils utilisés ont tous sous-estimé le taux d'alcoolémie de plus de 0,01 %, même si certains étaient systématiquement plus précis que d'autres. Deux appareils n'ont pas réussi à détecter des taux d'alcoolémie de 0,08 % mesurés par un appareil de qualité policière plus de la moitié du temps.

Depuis la fin de l'étude, l'un des appareils a même été abandonné et n'est plus vendu, et les autres modèles ont été remplacés par des technologies plus récentes. Cependant, deux des autres appareils avaient une précision similaire à celle d'un appareil de qualité policière. de la personne qui fournit la mesure, et l'échange de prix peut être automatisé.

"Bien qu'il soit toujours préférable de prévoir de ne pas conduire après avoir bu, si le public ou les prestataires de services de traitement des dépendances doivent utiliser ces appareils, certains sont plus précis que d'autres, souligne le Pr Delgado. Étant donné les avantages que ces éthylotests pourraient avoir pour la santé publique, nos résultats suggèrent qu'une surveillance ou une réglementation serait utile."

En France, il est indispensable que l'éthylotest soit homologué pour être mis sur le marché, ce qui n’est actuellement pas le cas aux États-Unis. Il doit porter le signe "NF" et être vérifié tous les ans.   

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité