• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Relations sociales

La confiance se lit dans les yeux

La taille des pupilles est un indicateur du niveau de confiance de son interlocuteur.

La confiance se lit dans les yeux Ivan Kukin/iStock

  • Publié le 05.03.2021 à 18h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • La synchronisation de la fréquence cardiaque, des réactions cutanées - comme rougir - et la taille de la pupille sont des indicateurs de la nature des interactions sociales.
  • Lorsque les pupilles d'un partenaire en interaction s'élargissent, cela influence inconsciemment le niveau de confiance

Quand vous regardez quelqu’un dans les yeux, faites attention à la taille de ses pupilles : si elles sont dilatées, cela veut probablement dire que vous avez sa confiance. Dans une étude, menée à la fois en laboratoire et sur le terrain, des chercheurs hollandais ont découvert que la synchronisation de la fréquence cardiaque, des réactions cutanées - comme rougir - et la taille de la pupille sont des indicateurs de la nature des interactions sociales. Les résultats de leurs travaux ont été publiés le 12 novembre dernier dans la revue Scientific Reports.

Une synchronisation des réactions

Les chercheurs de l’étude nomment ces signes d’interaction sociale le mimétisme autonome, c’est-à-dire des réponses involontaires et non visibles telles que la conductance cutanée ou la dilatation des pupilles. Ils notent que ces réactions ont un rôle significatif dans les relations sociales. “Le mimétisme fait partie d'un échange plus large de signaux verbaux et non verbaux qui semblent précéder les attitudes pro-sociales comme la confiance ou l'empathie, décrit Eliska Prochazkova, autrice de l’étude. Mais notre cerveau comprend les signaux émotionnels et les traitent, ce qui peut conduire à une ‘synchronisation’ ou à un ‘alignement’ entre deux humains et à d'autres réponses physiologiques ou comportementales.”

Grâce à des techniques nouvelles, telles que l'électromyographie, l'IRM et la possibilité de mesurer le diamètre de la pupille et le mouvement des yeux, les chercheurs ont pu découvrir le rôle du mimétisme autonome dans les relations sociales. Jusqu’alors, notent-ils, les sciences sociales étaient davantage axées sur des signaux plus visibles dans l'interaction humaine, tels que les expressions faciales ou le langage corporel.

Du speed dating

L’une des expériences faites par les chercheurs a été de faire jouer des volontaires à un jeu de confiance avec une simulation informatique d’un partenaire humain. Dans le même temps, ils ont mesuré le diamètre de leurs pupilles. Les résultats ont montré que dans les cas où le partenaire virtuel avait une plus grande pupille, le participant a eu tendance à plus lui faire confiance que lorsque sa pupille était plus petite.

Une autre expérience, menée cette fois sur le terrain, a consisté à installer une tente de speed dating lors d’un festival de musique néerlandais, Lowlands. Le but était de trouver une corrélation entre les réponses autonomes non visibles (réaction cutanée, fréquence cardiaque et taille de la pupille) et leur niveau de “synchronisation” entre deux inconnus pour prédire s'ils se sentaient attirés l'un par l'autre. Les résultats ont montré que plus le niveau de synchronisation de la fréquence cardiaque est important et plus les pupilles sont dilatées, plus les volontaires se sentaient attirés par leur partenaire. “Malheureusement, aucune relation n'est née de nos expériences. Nous n'avons été invités à aucun mariage”, a déploré avec amusement la chercheuse.

On perçoit inconsciemment les signaux

Pourrions-nous manipuler la synchronie autonome pour faire en sorte que d'autres personnes nous aiment davantage ou nous fassent confiance ? “Nous ne savons pas encore, admet Eliska Prochazkova. Nous avons fait des expériences dans notre laboratoire dans lesquelles nous avons essayé de manipuler les pupilles des participants en stimulant le tronc cérébral, mais cette manipulation n'a pas réussi, donc nous ne pouvons pas l’affirmer. Une deuxième expérience consistant à bloquer partiellement la vue de quelqu'un, nous a permis de constater que lorsque les pupilles d'un partenaire en interaction s'élargissaient, cela influençait encore inconsciemment la confiance du participant. Cela implique que vous n'avez pas réellement besoin de percevoir consciemment un signal pour qu'il influence inconsciemment votre comportement social. Mais c'est encore de la recherche en développement.”

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité