Publicité

QUESTION D'ACTU

Albert Einstein College of Medicine

L'oreille interne suspectée dans l'hyperactivité

Selon une étude américaine, l'hyperactivité pourrait résulter de troubles de l'oreille interne. Une découverte inédite qui laisse entrevoir la possiblité de mettre au point de nouveaux traitements.

L'oreille interne suspectée dans l'hyperactivité LENHOF STEPHANE/SIPA

  • Publié 06.09.2013 à 13h56
  • |
  • |
  • |
  • |


Et si des troubles de l'oreille interne pouvaient expliquer l'hyperactivté chez l'enfant ? C'est en tout cas la conclusion étonnante d'une étude menée par l’Albert Einstein College of Medicine de New-York. D'après ces chercheurs américains, l’hyperactivité pourrait résulter de troubles graves de l’oreille interne, touchant à la fois l’audition et l’équilibre. Des résultats inédits publiés ce vendredi dans l'édition en ligne de la revue Science.

« Notre étude montre pour la première fois qu’un déficit sensoriel, tel que des troubles de l’oreille interne, peut induire des modifications moléculaires spécifiques dans le cerveau, qui vont entraîner des troubles du comportement, ces derniers étant traditionnellement considérés pour être générés exclusivement au niveau cérébral» Il s'agit donc d'une première comme le confie avec cette phrase le Pr Jean Hébert, auteur principal de l'étude.
Dans cette recherche, tout commence par l'intérêt qu'un
étudiant de cette unité de recherche porte aux travaux sur l'hyperactivité. Très intrigué par des souris de laboratoire visiblement hyperactives, le jeune chercheur décide d'étudier de plus près le comportement de ces rongeurs, c'est alors qu'il constate que ces souris sont en réalité atteintes de graves déficits cochléaires et vestibulaires, avec en plus une surdité profonde.
Une piste que les chercheurs de l'Institut décident d'appronfondir immédiatement puisqu'ils découvrent peu de temps après que l’origine de ces troubles viendrait d'une mutation appelée « Slc12a2 » présente au niveau de l’oreille interne et de du système nerveux central. « Un gène que l'on retrouve également chez l'homme », précise l'équipe. 

Suite à cette découverte, les scientifiques émettent alors l’hypothèse selon laquelle les déficits de l’oreille interne entraînent un dysfonctionnement du striatum, une région du cerveau qui contrôle les mouvements. Une piste concluante puisque ces chercheurs ont trouvé par la suite que, la production de deux protéines impliquées dans le contrôle des neurotransmetteurs pERK et pCREB, étaient augmentées, et cela uniquement au niveau du striatum !
Pour corriger ce trouble, l'équipe décide alors d'administrer à ces souris un inhibiteur de pERK. Résultat, « cette action a permis de rétablir une activité locomotrice normale », affirme le Pr Jean Hébert.
Et ce spécialiste de conclure, « ce dernier résultat laisse penser que les enfants hyperactifs ayant des troubles de l’oreille interne pourraient être traités par des inhibiteurs du circuit pERK. » Un espoir de plus pour soigner ce trouble qui toucherait selon les estimations 5 % des enfants.







Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité