• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Nutrition

Aliments pour bébés : attention aux étiquettes trompeuses

Une étude portant sur des aliments pour bébé commercialisés aux États-Unis montre qu’il existe un décalage trompeur entre le nom du produit et sa liste d’ingrédients, où apparaissent des jus et concentrés de fruits.

Aliments pour bébés : attention aux étiquettes trompeuses Wiktory/iStock

  • Publié le 12.02.2021 à 13h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Contrairement à ce qu'indiquent les étiquettes des aliments pour bébés, les légumes verts figurent rarement parmi les premiers ingrédients.
  • Au contraire, les jus de fruits et concentrés de fruits sont parmi les premiers ingrédients des petits pots, sans que le nom du produit l'indique.

Lorsqu’ils débutent la diversification alimentaire de leurs tout-petits, les parents ont souvent un souhait : veiller à ce qu’ils mangent des produits sains, ni trop sucrés, ni trop gras, ni trop salés. Le choix le plus simple est alors de se tourner vers les produits "spécial bébé" qui fleurissent dans les supermarchés : des compotes, des purées et autres petits plats adaptés aux enfants en bas âge et qui semblent à première vue être la promesse d’une alimentation saine et équilibrée.

Pourtant, une nouvelle étude publiée cette semaine dans le Journal of Nutrition Education and Behavior montre qu’aux États-Unis, nombre de fabricants d’aliments pour bébé omettent délibérément de faire figurer dans le nom des produits des ingrédients trop sucrés, alors qu’ils apparaissent tôt dans la liste des ingrédients. C’est le cas notamment des jus et des concentrés de jus de fruits.

"Les premières expériences alimentaires peuvent influencer les préférences des enfants et contribuer à l'acquisition d'habitudes alimentaires saines ou malsaines qui dureront toute la vie", explique Alyssa Bakke, spécialiste des sciences sensorielles de Penn State et autrice principale. Selon elle, les parents utilisent principalement les informations sur le devant de l'emballage pour prendre leurs décisions d'achat. Or, le nom du produit est souvent trompeur. Cela signifie que lorsque les enfants reçoivent des aliments industriels, ils peuvent être moins exposés aux saveurs végétales (type légumes ou fruits) que leurs parents le supposent

Les jus et concentrés, premiers ingrédients mais absents sur l’emballage

L’équipe de recherche a utilisé une base de données de plus de 500 aliments commerciaux pour nourrissons et enfants en bas âge contenant des légumes. Elle y a documenté plusieurs élements :  l'inclusion de chaque légume et fruit dans le nom du produit, la forme du légume ou du fruit (entier, en purée, en jus ou en concentré de jus), ainsi que la position du légume ou du fruit dans la liste des ingrédients. Les chercheurs ont ensuite classé les légumes en fonction des catégories établie par le ministère de l'agriculture américain : vert foncé, rouge/orange, légumineuses, amidon et autres. Les fruits ont été classés en deux catégories : fruits communs (poires, pommes et raisin) et autres fruits (mangues, ananas, cerises).

En procédant à des analyses statistiques pour examiner les associations, les chercheurs ont observé "une déconnexion entre les noms de produits et les listes d'ingrédients". "Les étiquettes sur le devant des emballages ne représentaient pas toujours avec précision la quantité des différents ingrédients du produit, qui sont énumérés par ordre décroissant. Cela signifie que les parents peuvent ne pas acheter ce qu'ils espèrent acheter s'ils ne regardent que le nom", indique John Hayes, professeur de sciences alimentaires à Penn State.

Plus précisément, ce sont les légumes vert foncé qui font l’objet d’arrangements de la part des industriels : s’ils apparaissent régulièrement dans le nom des produits, ils n’apparaissent en revanche qu’en quatrième place dans la liste des ingrédients.

À l’inverse, les jus et concentrés de fruits communs apparaissent souvent dans les premiers noms de la liste des ingrédients mais ne sont pas mentionnés dans le nom du produit, "probablement pour éviter d'attirer l'attention sur l'utilisation de concentrés de jus comme édulcorants", souligne Mackenzie Ferrante, co-autrice principale.

De manière générale, les fruits avaient tendance à être placés près du début de la liste d'ingrédients sur le dos ou le côté de l'emballage, sans figurer dans le nom du produit, tandis que c’est l’inverse pour les légumes.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité