• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé Publique France

Le nouveau classement des régions où le tabac tue le plus

La part de décès attribuables au tabac varie de 3,7% en Guadeloupe à 15,5% en Corse, suivie du Grand Est (14,7%) et des Hauts de France (14,5%).

Le nouveau classement des régions où le tabac tue le plus Doucefleur / istock.

  • Publié le 11.02.2021 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Le tabagisme reste toujours la première cause de mortalité évitable, avec plus de 75 000 décès estimés en France en 2015. 
  • Les causes les plus fréquentes des décès attribuables au tabagisme sont les cancers (avec plus de 45 000 décès), suivis par les maladies cardiovasculaires (plus de 17 000 morts).
  • Ces chiffres varient fortement en fonction des régions.

Santé Publique France a publié les premières estimations des fractions des décès actuellement attribuables au tabagisme à l’échelle régionale. Si, à l’échelle nationale, la part attribuable au tabac des décès est de 13%, elle varie de 3,7% en Guadeloupe à 15,5% en Corse, suivie du Grand Est (14,7%) et des Hauts de France (14,5%).

Cancers et maladies cardiovasculaires

Chez les femmes, la fraction de décès attribuables au tabagisme représente 6,9% au niveau national (soit 19 800 décès attribuables), et varie de 1,3% des décès pour la Guadeloupe à 8,7% en Ile-de-France. Chez les hommes, la fraction de ces décès représente 19,3% sur l’ensemble du territoire (soit 57 300 décès attribuables), et varie de 5,9% pour la Guadeloupe à 23,2% pour les Hauts-de-France.

Les causes les plus fréquentes des décès attribuables au tabagisme sont les cancers (avec plus de 45 000 décès), suivis par les maladies cardiovasculaires (plus de 17 000 morts). Au niveau national, les cancers représentent ainsi 61,7% des décès. Ce taux varie entre les différentes régions.

"Si nous traversons une crise sanitaire inédite avec la Covid-19, le tabagisme demeure un problème de santé publique majeur. C’est pourquoi, Santé publique France maintient ses actions de lutte contre le tabagisme. Après Mois Sans Tabac, l’Agence lance une nouvelle campagne pour motiver les fumeurs et les aider à réussir leur arrêt du tabac au temps de la Covid-19", informe Viêt Nguyen-Thanh, responsable de l’Unité Addictions à Santé publique France.

Quelles aides pour arrêter de fumer ?

En 2020, près de 340 000 visites par mois en moyenne ont été enregistrées sur le site internet tabac-info-service.fr, et on dénombre plus de 331 000 téléchargements de l’application tabac info service. Cette même année 2020, le 39 89 a reçu 39 742 appels et dispensé plus de 70 000 consultations téléphoniques d’accompagnement à l’arrêt du tabac.

"Le contexte sanitaire actuel amène à être plus attentif à sa santé et à en prendre soin. C’est aussi une période qui fait prendre conscience que de nombreux gestes au quotidien aident à rester en bonne santé. Lors du premier confinement, 20% des fumeurs ont diminué leur consommation. Diminuer ou même arrêter de fumer dans le contexte actuel, c’est possible !", poursuit Viêt Nguyen-Thanh, responsable de l’Unité Addictions à Santé publique France.

Le service Tabac info service est accessible :
• par téléphone, au 39 89, pour échanger avec un tabacologue et disposer d’un accompagnement gratuit.
• sur l’application Tabac info service, qui offre un e-coaching personnalisé.
• sur le web, avec son site internet et sa page Facebook.

Le tabagisme reste toujours la première cause de mortalité évitable, avec plus de 75 000 décès estimés en France en 2015. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité