• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

AP-HP

Hôpital de la Pitié-Salpêtrière : une transplantation de rein réalisée grâce à une assistance robotique

Cette première transplantation rénale a été réalisée par voie cœlioscopique grâce à un robot, en novembre 2020. 

Hôpital de la Pitié-Salpêtrière : une transplantation de rein réalisée grâce à une assistance robotique photographer/istock

  • Publié le 26.12.2020 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Cette opération ouvre la voie à l'utilisation de cette technique pour les receveurs en attente d’une greffe rénale à partir de donneur décédé, et pour lesquels la transplantation doit pouvoir être réalisée à toute heure du jour et de la nuit.
  • Le patient a été opéré le 12 novembre 2020, il n'a pas souffert de complications par la suite et se porte bien depuis.

La chirurgie assistée par des robots se développe en France. En région parisienne, une première opération de transplantation rénale a été réalisée à l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière grâce à cette technique. Cette opération consiste à remplacer le rein d’une personne malade, par celui d’un donneur sain. Le patient a été opéré le 12 novembre 2020, il n'a pas souffert de complications par la suite et se porte bien depuis.

Une technique prometteuse 

Dr Christophe Vaessen, Jérôme Parra, Sarah Drouin, et Aurélien Beaugerie du service médico-chirurgical de transplantation rénale, Pr Barrou, et du service d'urologie, Pr Chartier Kastler, de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière AP-HP ont réalisé cette opération grâce au greffon d’un donneur décédé par mort encéphalique. La transplantation rénale a été effectuée par voie cœlioscopique assistée d’un robot. Une opération utilisant la même technique avait été réalisée à l’hôpital Henri Mondor de Créteil en 2002, mais le robot avait servi pour les anastomoses vasculaires, c’est-à-dire pour relier les différents vaisseaux sanguins. Pour l’équipe médicale, cette nouvelle opération "ouvre la voie à l'utilisation de cette technique pour les receveurs en attente d’une greffe rénale à partir de donneur décédé, et pour lesquels la transplantation doit pouvoir être réalisée à toute heure du jour et de la nuit". 

La greffe, un espoir pour les patients atteints d’insuffisance rénale terminale 

La greffe de rein permet de soigner les personnes atteintes d’insuffisance rénale terminale. "De toutes les options de traitement de l’insuffisance rénale chronique, la greffe est celle qui assure la meilleure qualité de vie et donne les meilleurs résultats en termes de durée et de coût", précise l’association France Rein. Pour pouvoir en bénéficier, il faut répondre à certains critères notamment la compatibilité avec le donneur, mais aussi l’absence de certaines pathologies, comme le diabète ou un cancer. La robotisation de ce mode opératoire permettra de faciliter la greffe, en particulier pour certains types de patients. "Cette nouvelle technique devrait s'adresser essentiellement aux receveurs en surpoids afin de limiter les complications chirurgicales, notamment pariétales", précise l’AP-HP dans un communiqué. En 2014, 3 232 greffes de rein ont été réalisées en France. Plus de 10 000 personnes sont en attente d’en recevoir une. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité