• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Ovariectomie

Torsion ovarienne : quels sont les facteurs associés à l’ablation des ovaires ?

Un âge avancé, le fait d’avoir eu des enfants ou encore la taille des ovaires peuvent influencer le risque d’ablation de l’ovaire en cas de torsion, révèle une étude.

Torsion ovarienne : quels sont les facteurs associés à l’ablation des ovaires ? fizkes/iStock

  • Publié le 19.12.2020 à 19h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'étude rétrospective conclut que l'âge de la patiente, le fait qu'elle ait ou non eu des enfants ou encore la taille de l'ovaire sont des facteurs liés à l'ablation en cas de torsion ovarienne.
  • La couleur de l'ovaire au moment de l'intervention n'est en revanche pas un facteur fiable : seuls 20 % des ovaires retirés étaient en fait nécrotiques.

Survenant généralement chez les femmes en âge de procréer, notamment en début de grossesse ou lors d’une prise en charge en procréation médicalement assistée, la torsion ovarienne est un événement assez rare mais très douloureux.

En cas de torsion ovarienne, l’ovaire, et parfois la trompe de Fallope, effectue une rotation partielle ou totale sur un pédicule composé de vaisseaux sanguins, de nerfs et de ligaments. Cette torsion bloque la vascularisation de l’ovaire qui, manquant de sang, peut se nécroser. Une ovariectomie est alors pratiquée lorsqu'on craint que l'ovaire tordu ne soit pas viable en raison de sa couleur sombre. Cependant, de nombreuses études ont montré que la capacité d'un chirurgien à déterminer la nécrose en fonction de l'apparence physique est inexacte.

Des chercheurs de la Boston University School of Medicine (BUSM) se sont penchés sur les facteurs associés à une probabilité accrue d’ablation des ovaires en cas d’opération pour torsion ovarienne. Dans le Journal of Gynecologic Surgery, ils publient une étude rétrospective sur des patientes ayant reçu un diagnostic de torsion ovarienne pendant une période de quatre ans et demi.

Une nécrose dans seulement 20 % des cas

En passant en revue les différents facteurs, les chercheurs ont constaté qu’un âge avancé, le fait d’avoir eu des enfants, une laparotomie (grande incision chirurgicale dans la cavité abdominale) et la présence d'un gynécologue oncologue pour effectuer l'opération ont été associés de manière significative à une probabilité plus élevée d'ovariectomie dans les cas de torsion ovarienne. En revanche, des études précédentes sur l’ovariectomie avaient conclu que la race des patients était un facteur, ce qui n’a pas été constaté ici.

Selon les chercheurs, seuls 20 % des ovaires retirés étaient en fait nécrotiques. Ce chiffre correspond à la conclusion d’autres travaux selon lesquels la fonction ovarienne pouvait être préservée dans 88 à 100 % des cas de torsion ovarienne, et qu'aucun d'entre eux ne contenait de cancer. "Cela suggère que la capacité du chirurgien à diagnostiquer une nécrose ovarienne en se basant sur l'apparence de l'ovaire comme indication d'ovariectomie est faible", souligne Wendy Kuohung, MD, professeure associée d'obstétrique et de gynécologie à BUSM et co-autrice de l’étude.

Selon elle, il est nécessaire de sensibiliser davantage les médecins à la préservation des ovaires chez les femmes préménopausées. "La compréhension des facteurs cliniques associés à une probabilité accrue d'ovariectomie dans les cas de torsion ovarienne peut aider à réduire les ovariectomies inutiles à l'avenir et donc à améliorer la fertilité et la santé générale des femmes préménopausées", conclut le Dr Kuohung.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité