• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Innovation

Mesure du stress : un "coton-tige" réactif pour évaluer facilement le niveau de cortisol

La technique mise au point par des Britanniques consiste à prélever un peu de cérumen dans l’oreille pour détecter le niveau de cortisol, l'hormone dont l'excès provoque le stress. Cette nouvelle approche, moins chère, plus fiable et qui peut se faire à domicile, pourrait permettre de surveiller plusieurs autres mesures comme la glycémie.

Mesure du stress : un \ Privetik/iStock

  • Publié le 04.11.2020 à 15h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Une nouvelle technique créée par des Britanniques permet de relever le niveau de cortisol en cherchant les biomarqueurs dans le cérumen.
  • Cette technique, moins chère, plus fiable et moins stressante pour les patients, peut être réalisée en auto test à la maison.

Le cérumen présent dans nos oreilles peut nous en apprendre plus sur notre état de stress. Des chercheurs du King’s College et de l’University College de Londres (Royaume-Uni) ont inventé une méthode d’échantillonnage du cérumen qui mesure le taux de cortisol, une hormone fabriquée par les glandes surrénales qui joue un rôle essentiel dans l'équilibre du glucose sanguin et la libération de sucre à partir des réserves de l'organisme en réponse à une demande accentuée en énergie. Le cortisol que notre corps produit naturellement remplit de nombreuses fonctions, que ce soit pour la régulation de la glycémie ou son effet anti-inflammatoire par exemple. Mais lorsqu'elle est sécrétée en excés, cette hormone devient surtout l'hormone du stress! Les résultats de leur recherche ont été publiés le 1er novembre 2020 dans la revue universitaire Heliyon.  

Un coton-tige spécial

Ce que les chercheurs londoniens ont réussi à mettre en place, c’est un dispositif d’auto-échantillonage du cérumen. Leur outil, qui ressemble à s’y méprendre à un coton-tige, est recouvert au bout d’une éponge organique imbibée d’une solution que les personnes doivent s’enfoncer dans l’oreille pour récupérer du cérumen. Les échantillons peuvent ensuite être envoyés en laboratoire sans problème. L’avantage de ce dispositif, est qu’il peut être réalisé à domicile sans aucune surveillance médicale, ce qui facilite les examens à distance, particulièrement demandés à cause de la pandémie de Covid-19. A terme, les chercheurs assurent que ce procédé permettra également de mesurer le glucose ou les anticorps de la Covid-19 qui s’accumulent dans le cérumen.

En temps normal, la technique la plus courante pour mesurer le niveau de cortisol dans le corps consiste à prélever un échantillon de cheveux. Malheureusement, cette technique ne brille pas pour sa fiabilité et son efficacité chez les personnes qui n’auraient pas le cuir chevelu assez fourni. Par ailleurs, elle dure plus longtemps et coûte plus chère que la technique au cérumen. 

Le prélèvement de cortisol est notoirement difficile, car les niveaux de l'hormone peuvent fluctuer, de sorte qu'un échantillon peut ne pas être un reflet exact des niveaux chroniques de cortisol d'une personne. De plus, les méthodes d'échantillonnage elles-mêmes peuvent induire un stress et influencer les résultats, indique Andres Herane-Vives, chercheur à l’institut de neurosciences cognitives à l’University College de Londres. Les niveaux de cortisol dans le cérumen semblent être plus stables, et avec notre nouveau dispositif, il est facile de prélever un échantillon et de le faire tester rapidement, à moindre coût et efficacement.”

Une technique moins chère, plus fiable et moins stressante pour les patients

Pour cette méthode, Andres Herane-Vives s’est inspiré de la cire d’abeille, qui est connue pour sa bonne conservation et sa résistance aux bactéries. Afin de se rendre compte de l’efficacité de la technique, l’équipe de recherche a fait appel à 37 participants afin de réaliser sur eux des relevés de cortisol. Dans un premier temps, ils ont prélevé du sang et des cheveux aux contributeurs, et ont dans un second temps, ils ont effectué un prélèvement avec leur nouveau coton-tige. Les participants ont également pu réaliser eux-mêmes un prélèvement dans leur oreille grâce au coton-tige. 

Ils se sont aperçus que les échantillons de cérumen donnaient plus de cortisol que les échantillons de cheveux, et qu’elle n’engendrait pas le même niveau d’anxiété chez les participants que la prise de sang ou de cheveux. 

Après cette étude pilote réussie, si notre dispositif résiste à un examen plus approfondi dans le cadre d'essais plus importants, nous espérons transformer les diagnostics et les soins pour des millions de personnes souffrant de dépression ou de maladies liées au cortisol, comme la maladie d'Addison et le syndrome de Cushing, et potentiellement de nombreuses autres affections”, se réjouit Andres Herane-Vives. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité