• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Immunothérapie

Des bactéries intestinales pour aider à combattre le cancer

Une nouvelle étude souligne le rôle précieux que pourraient jouer certaines bactéries de notre microbiote intestinal dans le combat contre les tumeurs de trois formes de cancer, en renforçant notre système immunitaire.

Des bactéries intestinales pour aider à combattre le cancer iLexx/iStock

  • Publié le 30.08.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • L'introduction de bactéries intestinales spécifiques améliore l'efficacité de l'immunothérapie contre certains types de cancers.
  • Cette découverte pourrait aider à renforcer les traitements anti-cancers et à améliorer le bien-être des patients.

Les bactéries intestinales sont-elles l’avenir de l’immunothérapie contre le cancer ? C’est ce que laissent espérer de nouveaux travaux menés par l’Institut Snyder pour les maladies chroniques de la Cumming School of medicine (Canada), et publiés dans la revue Science. Selon ses auteurs, certaines bactéries de notre microbiote intestinal aideraient à combattre les tumeurs malignes. Associée à l’immunothérapie, une thérapie microbienne spécifique renforcerait la capacité du système immunitaire à reconnaître et à attaquer les cellules cancéreuses dans certains mélanomes, cancers de la vessie et cancers colorectaux.

Le rôle-clé de bactéries spécifiques

L’immunothérapie est un type de traitement contre le cancer qui contribue à amplifier la réponse immunitaire de l'organisme contre les tumeurs. Toutefois, les taux de réussite de ces traitements peuvent varier fortement d’un patient à l’autre. Pour la docteure Kathy McCoy, autrice principale des travaux, le microbiote a un rôle-clé à jouer pour renforcer l’efficacité du système immunitaire.

“Des études récentes ont fourni des preuves solides que le microbiote intestinal peut avoir un effet positif sur l'immunité anti-tumorale et améliorer l'efficacité de l'immunothérapie dans le traitement de certains cancers, mais la manière dont les bactéries ont pu y parvenir est restée insaisissable, explique la chercheuse, également directrice du Centre international du microbiote à l'université de Calgary. Nous avons pu nous appuyer sur ces travaux en montrant comment certaines bactéries renforcent la capacité des lymphocytes-T, les soldats de l'immunité du corps qui attaquent et détruisent les cellules cancéreuses.”

La première étape des travaux a consisté à identifier les espèces bactériennes qui étaient associées aux tumeurs cancéreuses colorectales lorsqu'elles étaient traitées par immunothérapie en travaillant sur des souris génétiquement modifiées. Les chercheurs leur ont introduit des bactéries spécifiques en même temps qu’un type d'immunothérapie anticancéreuse. Cela a permis de révéler que des bactéries spécifiques étaient essentielles au bon fonctionnement de l'immunothérapie. Chez les souris ayant reçu la combinaison des deux thérapies ont vu leurs tumeurs diminuer de manière drastique, tandis que pour les souris n’ayant pas reçu les bactéries spécifiques, l'immunothérapie n'a eu aucun effet.

De futures recherches sur l’humain

“Nous avons découvert que ces bactéries produisent une petite molécule, appelée inosine, qui interagit directement avec les cellules-T et, avec l'immunothérapie, elle améliore l'efficacité de ce traitement, détruisant dans certains cas toutes les cellules cancéreuses colorectales”, détaille le docteur Lukas Mager, chercheur post-doctoral senior au laboratoire McCoy et premier auteur de l'étude.

Les chercheurs ont ensuite validé les résultats obtenus pour le cancer de la vessie et le mélanome. La prochaine étape de ce travail consistera à étudier les résultats chez l'humain.

“Identifier comment les microbes améliorent l'immunothérapie est crucial pour concevoir des thérapies ayant des propriétés anticancéreuses, qui peuvent inclure des microbes, explique Kathy McCoy. Le microbiote est une collection étonnante de milliards de bactéries qui vivent en nous et autour de nous chaque jour. Nous en sommes au tout début de la compréhension de la manière dont nous pouvons utiliser ces nouvelles connaissances pour améliorer l'efficacité et la sécurité des thérapies anticancéreuses et améliorer la survie et le bien-être des patients atteints de cancer", conclut-elle.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité