• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Sport

Jouer au rugby peut laisser des séquelles à vie

Les anciens joueurs de rugby peuvent développer des séquelles des années après avoir arrêté de jouer, telles que de sévères douleurs dorsales et articulaires. 

Jouer au rugby peut laisser des séquelles à vie jacoblund/iStock

  • Publié le 01.08.2020 à 10h30
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les commotions cérébrales sont les blessures les plus fréquemment signalées dans les groupes de joueurs professionnels et amateurs, suivies des blessures des ligaments supérieurs et inférieurs du dos et du genou.
  • La prévalence des douleurs dorsales et/ou des douleurs articulaires sévères et régulières était élevée dans tous les groupes, professionnels ou amateurs.

De plus en plus d'experts de santé, notamment les médecins du sport, alertent sur les séquelles provoquées par la pratique régulière du rugby, qui implique des chocs violents et répétés sur la tête et entraîne des traumatismes, tels que des commotions cérébrales. Afin d'évaluer les conséquences à long terme de ce sport, une équipe de chercheurs de l'université de Durham (Royaume-Uni) s'est penchée sur l'état de santé d'anciens rugbymen. L'étude a été menée en collaboration avec des chercheurs de l'université de technologie d'Auckland (Nouvelle-Zélande).

Les scientifiques ont comparé les types et le nombre de blessures subies par 189 joueurs masculins de rugby (professionnels et amateurs), ainsi que chez 65 athlètes pratiquant des sports sans contact, tels que le cricket. Les anciens joueurs étaient âgés de 21 à 82 ans. Les résultats de l'étude ont été publiés dans la revue universitaire Sports Medicine.

Douleurs dorsales, arthrose

Selon l'étude, les commotions cérébrales sont les blessures les plus fréquemment signalées dans les groupes de joueurs professionnels et amateurs, suivies des blessures des ligaments supérieurs et inférieurs du dos et du genou. Parmi les participants, environ la moitié des joueurs a subi une blessure aux ligaments du genou et 25% d'entre eux ont présenté des problèmes permanents. L'arthrose, maladie qui se manifeste par des articulations douloureuses et raides, était notamment deux fois plus fréquente chez les joueurs de rugby professionnels que chez les athlètes sans contact. 

La prévalence des douleurs dorsales et/ou des douleurs articulaires sévères et régulières était élevée dans tous les groupes (47 à 80%), en particulier dans le groupe des joueurs de rugby d'élite. Le nombre total de blessures articulaires et de chirurgies liées à des blessures sportives était plus élevé chez les personnes ayant déclaré souffrir d'arthrose et de douleurs articulaires sévères et régulières. 

Il est clair, d'après ces résultats, que le fait de jouer au rugby collectif ou en ligue de rugby est associé à des conséquences durables en termes de blessures et de douleur. Bien qu'il y ait eu des initiatives et des changements de règles pour essayer de rendre le jeu plus sûr, les taux de blessures tout au long de la carrière d'un joueur sont encore très élevés. Le jeu est désormais plus rapide et les joueurs sont plus grands qu'avant, ce qui augmente les conséquences”, alerte la docteure Karen Hind, qui a supervisé les travaux. 

Les effets à long terme de la pratique des sports de contact, en particulier au niveau de l'élite, ont clairement des implications pour les joueurs après la fin de leur carrière. Parfois, ces symptômes n'apparaissent que plusieurs années après la retraite. Cette étude souligne selon moi la nécessité d'un soutien et d'une éducation à long terme pour les anciens joueurs afin de les aider à gérer ces conditions lorsqu'ils vieillissent”, commente dans un communiqué l'ancien joueur de rugby international Jon Sleightholme. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !
Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité