• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Santé sexuelle

Ce que le viagra a changé dans les inquiétudes sexuelles des hommes

Des travaux récemment présentés au congrès de l'Association européenne d'urologie se sont penchés sur les problèmes sexuels pour lesquelles les hommes consultent aujourd’hui.

Ce que le viagra a changé dans les inquiétudes sexuelles des hommes Nito100/iStock

  • Publié le 01.08.2020 à 16h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Des chercheurs italiens ont constaté en dix ans l'évolution des raisons pour lesquelles les hommes cherchent de l'aide pour leurs problèmes sexuels.
  • Si moins d'hommes se plaignent d'impuissance et d'éjaculation précoce, ils sont de plus en plus nombreux à consulter pour une baisse de libido ou une courbure de la verge.

Autorisé sur le marché américain en 1998 et l’année suivante en Europe, le citrate de sildénafil, commercialisé par la firme pharmaceutique Pfizer sous le nom de Viagra, a bouleversé la vie intime des hommes.

Prescrite dans le cadre de troubles de l’érection et en cas d’hypertension artérielle pulmonaire, la fameuse pilule bleue et ses génériques ont permis à plus de 37 millions d’hommes de se prémunir contre les “pannes” qui minaient leur vie sexuelle. Au point que 65 millions d’ordonnances auraient été prescrites à travers le monde depuis vingt ans.

Mais quels sont les problèmes sexuels sont confrontés les hommes d’aujourd’hui et que le Viagra n’a pu résoudre ? L’équipe du docteur Paolo Capogrosso, directeur de recherche à l’hôpital San Raffaele de Milan (Italie), s’est posée la question.

Elle a livré ses conclusions lors du Congrès virtuel de l’Association européenne d’urologie : si les hommes consultent moins pour une dysfonction érectile et une éjaculation précoce, de plus en plus d’hommes jeunes se plaignent d’une baisse de leur désir sexuel et de la maladie de la Peyronie, c’est-à-dire une courbure du pénis.

Une évolution des préoccupations des hommes

Sur une période de dix ans, nous avons constaté un réel changement dans ce qui concerne les hommes lorsqu'ils se rendent dans les cliniques de santé sexuelle. Cette évolution est probablement due à une plus grande ouverture et au fait que les hommes acceptent désormais que de nombreux problèmes sexuels puissent être traités, plutôt que d'être des sujets dont ils ne veulent pas parler”, a déclaré le professeur Capogrosso.

Pour connaître les raisons pour lesquelles les hommes consultent aujourd’hui dans des cliniques de santé sexuelle, les chercheurs ont interrogé 3 244 hommes qui ont visité la clinique de santé sexuelle de l'hôpital San Raffaele de Milan de 2009 à 2019. Après les avoir interrogés sur la raison principale de leur visite, ils ont constaté que le nombre de patients souffrant de problèmes de dysfonctionnement érectile a augmenté entre 2009 et 2013, puis a commencé à diminuer, atteignant une chute d’environ 6% sur une période de dix ans.

Comparativement, le nombre de patients se plaignant d’une baisse de libido ou de la maladie de la Peyronie a respectivement augmenté de 32 et de 30% entre 2009 et 2019. L'âge moyen de la première consultation clinique a également baissé, passant d'une moyenne de 61 à 53 ans.

Les troubles de l'érection restent la principale raison de se rendre à la clinique, mais ce nombre est en baisse, alors qu'environ 35 % des hommes qui s'y rendent se plaignent maintenant de la maladie de la Peyronie, et ce nombre a augmenté régulièrement, a constaté Paolo Capogrosso. Nos patients sont également de plus en plus jeunes, ce qui peut refléter un changement générationnel dans l'attitude face aux problèmes sexuels.”

Des résultats préliminaires

Le chercheur prévient toutefois que ces chiffres “n’indiquent aucun changement dans la prévalence de la maladie”. “Ce qu'ils montrent, c'est pourquoi les hommes sont venus à la clinique. En d'autres termes, ils montrent ce qui les préoccupe. Les changements reflètent probablement aussi la disponibilité des traitements ; comme les traitements pour les maladies sexuelles sont devenus disponibles ces dernières années, les hommes sont moins susceptibles de souffrir en silence.”

Ces résultats ne provenant que d’un seul centre de santé sexuelle, ils doivent être confirmés par des études plus complètes. “Néanmoins, il semble y avoir une prise de conscience croissante de conditions telles que la maladie de la Peyronie, avec des articles publiés dans la presse grand public. En outre, nous savons que la sensibilisation à cette maladie augmente aux États-Unis et ailleurs, ce qui pourrait être une tendance générale” conclut le docteur Capogrosso.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité