• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Manifestations, réouverture des frontières, départs en vacances : les gestes barrière doivent rester un réflexe

Bien que la situation sanitaire se soit considérablement améliorée ces dernières semaines, les événements actuels et à venir nous rappellent combien il est essentiel de ne pas relâcher les efforts et de perpétuer la distanciation sociale ainsi que les gestes barrière. 

Manifestations, réouverture des frontières, départs en vacances : les gestes barrière doivent rester un réflexe Drazen Zigic/iStock

  • Publié le 09.06.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les rassemblements contre les violences policières constituent "sans aucun doute un risque" en période épidémique
  • Malgré l'amélioration de la situation sanitaire, la distanciation sociale et les gestes barrières doivent rester un réflexe
  • Le retour à une "vie normale" comprend des risques qu'il ne faut pas négliger

Selon les chiffres communiqués le 7 juin par Santé publique France, 13 personnes sont décédées du nouveau coronavirus ces dernières 24h dans les hôpitaux, 343 nouveaux cas ont été confirmés, 37 d'entre eux ont été hospitalisés dont 4 en réanimation, où le nombre de patients Covid est désormais de 1 053. Selon le gouvernement, ce bilan est le plus faible depuis le 14 mars. 

Le risque lié aux rassemblements

Les choses sont en train de s'alléger. On peut être d'un optimisme raisonné, a déclaré à Franceinfo Jérôme Marty, médecin généraliste, président du syndicat de l'Union française pour une médecine libre. Néanmoins, le virus continue à circuler, mais à bas bruit, c'est pour ça qu'il faut continuer quand même à respecter les gestes barrière”, d'autant plus dans le climat social actuel. En effet, les différents rassemblements contre le racisme et les violences policières à la suite de la mort de George Floyd, pourtant interdits en vertu de l'état d'urgence sanitaire, pourraient favoriser la propagation du virus.

Au Royaume-Uni, où des rassemblements du même ordre ont également été organisés, le secrétaire d'Etat à la Santé, Matt Hancock, a confirmé lors d'une interview accordée à la chaîne Sky News, que ces concentrations de personnes, bien que défendant une juste cause, comportaient “sans aucun doute un risque.”

Soutenant “très fortement les arguments défendus par ceux qui manifestent”, Matt Hancock a rappelé que le virus ne faisait “pas de discrimination” et que “les grands rassemblements sont temporairement contraires aux règles précisément parce que cela accroît le risque de propagation du virus”En France, le collectif Vérité pour Adama a réuni 20 000 personnes autour du parvis du tribunal de Paris la semaine dernière pour manifester contre les violences policières, alors que les réunions de plus de 10 personnes sont encore proscrites.

Une infection au Covid-19, un coup de poker

Sans mesure de protection, une personne infectée en contamine trois en moyenne. Toutefois, nous le savons désormais, nous ne sommes pas tous égaux face au nouveau coronavirus. Selon une étude chinoise, 80% des cas de contamination seraient dus à 20% de personnes infectées. En outre, certains patients Covid sont plus contagieux que d'autres et donc à l'origine d'un plus grand nombre de contaminations. 

Depuis le déconfinement, de nombreux foyers épidémiques ont été identifiés par les autorités sanitaires en France, c'est-à-dire “la survenue d’au moins 3 cas confirmés ou probables” de Covid-19 en une semaine, que l’on peut lier entre eux. Le 29 mai dernier, on comptait 109 foyers épidémiques, dont 64% concernaient plus de 5 cas. 

Si le nombre de cas confirmés et de décès a considérablement diminué, rien n'est encore sûr. Le fait que la distanciation sociale ne soit pas respectée peut largement favoriser une deuxième vague épidémique. “C’est comme si vous lancez un dé, vous ne pouvez pas connaître le résultat”, explique au HuffPost Jean-Stéphane Dhersin, chercheur au CNRS, mathématicien à l’université Sorbonne Paris Nord et spécialiste en modélisations des épidémies. Lorsque l'épidémie est déclarée, la tendance s'accentue : “Si vous lancez 1 000 dés, vous savez que le résultat sera d’environ 3 500, c’est la loi des grands nombres.”

L'ouverture des frontières, la reprise du trafic aérien et les départs en vacances sont également des facteurs de risques. Chaque étape de retour à une “vie normale” comprend des risques qu'il est important de ne pas négliger. Le meilleur moyen pour cela, reste et demeure la distanciation physique ainsi que le respect des gestes barrière : se laver régulièrement les mains, notamment après avoir touché des surfaces communes, ne pas se toucher le visage lorsque l'on sort de chez soi ou du travail, porter un masque dans les lieux publics, les open spaces et les transports en commun, éternuer et tousser dans son coude. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité