• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Prévention

Coronavirus et reprise du travail : faites-vous partie des salariés vulnérables ?

Un décret permet aux salariés vulnérables ou aux personnes vivant sous le même toit qu'une personne fragile, d'être mis au chômage partiel après la levée du confinement pour limiter les risques d'infection. Quels salariés sont-ils considérés comme vulnérables ?

Coronavirus et reprise du travail : faites-vous partie des salariés vulnérables ? Mladen_Kostic/iStock

  • Publié le 09.05.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Nous savons que les personnes souffrant d'une pathologie chronique comme le diabète, l'hypertension, ou encore un cancer, sont plus à risque de développer une forme sévère d'infection au nouveau coronavirus. 

Alors que la levée du confinement approche et que les commerces sont sur le point de rouvrir, le gouvernement a publié un décret au Journal officiel “définissant les critères permettant d'identifier les salariés vulnérables présentant un risque de développer une forme grave d'infection au virus SARS-CoV-2 et pouvant être placés en activité partielle”. Sont donc concernées les personnes dites fragiles, mais également celles vivant sous le même toit qu'une personne fragile. 

Onze catégories de salariés vulnérables ont été répertoriées :

- les 65 ans et plus

- les personnes ayant des antécédents (ATCD) cardiovasculaires : hypertension artérielle compliquée (avec complications cardiaques, rénales et vasculo-cérébrales), ATCD d'accident vasculaire cérébral ou de coronaropathie, de chirurgie cardiaque, insuffisance cardiaque stade NYHA III ou IV 

- celles ayant un diabète non équilibré ou présentant des complications 

- les personnes présentant une pathologie chronique respiratoire susceptible de décompenser lors d'une infection virale : (broncho-pneumopathie obstructive, asthme sévère, fibrose pulmonaire, syndrome d'apnées du sommeil, mucoviscidose notamment) ;

- une insuffisance rénale chronique dialysée

- celles atteintes de cancer évolutif sous traitement (hors hormonothérapie) 

- présentant une obésité (indice de masse corporelle (IMC) > 30 kgm2

- les personnes présentant d'une immunodépression congénitale ou acquise : médicamenteuse (chimiothérapie anticancéreuse, traitement immunosuppresseur, biothérapie et/ou corticothérapie à dose immunosuppressive), une infection à VIH non contrôlée ou avec des CD4 < 200/mm3, consécutive à une greffe d'organe solide ou de cellules-souches hématopoïétiques ou liée à une hémopathie maligne en cours de traitement

- les personnes atteintes de cirrhose au stade B du score de Child Pugh au moins 

- présentant un syndrome drépanocytaire majeur ou ayant un antécédent de splénectomie 

- les femmes enceintes au troisième trimestre de leur grossesse

Ces salariés n’auront donc plus besoin de demander un arrêt de travail pour maladie à leur médecin. Un dispositif a été mis en place sur le site Ameli.fr pour permettre aux employeurs de mettre leurs salariés vulnérables au chômage partiel, en respectant le secret médical.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité