• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

11 mai

Mode d’emploi des 700 000 tests hebdomadaires prévus à partir du 11 mai

Dans son allocution devant le Parlement pour présenter le plan de déconfinement, Édouard Philippe a annoncé la réalisation de 700 000 tests virologiques par semaine.

Mode d’emploi des 700 000 tests hebdomadaires prévus à partir du 11 mai Kerkez/iStock

  • Publié le 01.05.2020 à 12h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Les interrogations concernant l’après 11-mai sont nombreuses et visent notamment les “700 000 tests virologiques par semaine au 11 mai”, annoncés par le premier ministre, Édouard Philippe. Actuellement, seules les personnes à risque, les personnels soignants, les femmes enceintes ou encore les résidents d’Ephad sont testés prioritairement en cas de symptômes du Covid-19. Passé la date du 11 mai, “si vous êtes porteur de symptômes (...) et que vous voulez savoir si vous êtes malade, vous pouvez, vous devrez bénéficier de ce test virologique”, a assuré Olivier Véran ce mercredi 29 avril sur Franceinfo. Pour cela, il sera nécessaire d’obtenir une prescription médicale auprès de son médecin généraliste mais ce test sera également destiné aux personnes “qui auront eu un contact rapproché”, avec une personne positive, qu’elles “soient symptomatiques ou non”, a précisé le premier ministre.

Entre 3 et 5 heures pour avoir le résultat du prélèvement

Ces tests pourront être réalisés “partout où l’on peut le faire et où ça fait sens”, indique Olivier Véran. Ainsi, les hôpitaux, les laboratoires de ville, vétérinaires, départementaux, de recherche ainsi que ceux de la police et de la gendarmerie seront habilités à pratiquer ces prélèvements. D’autres endroits devraient également pouvoir réaliser ces tests comme des tentes ou des bâtiments publics, comme c’est le cas à la mairie du 5e arrondissement de Paris. Des “drives” pourraient également être mis en place où le test se fait alors que le conducteur reste au volant de sa voiture sur des parkings.

Peu importe où se fait le test, cela doit “obligatoirement être effectué par un personnel formé doté d’équipements particuliers et d’une expertise de laboratoire”, explique l’institut Pasteur à Franceinfo. Par ailleurs, cela sera 100% pris en charge par l’Assurance maladie, contre 54€ actuellement pour le test PCR qui est remboursé à hauteur de 60% par la Sécurité sociale. Ce personnel recouvre les biologistes, les infirmiers ou encore des médecins. L'objectif est d’avoir “des gens qui sont formés pour faire de l’écouvillonnage”, précise Olivier Véran. Cette méthode de prélèvement, assez rapide, consiste à insérer un long coton-tige — l’écouvillon — profondément dans le nez. Le laboratoire vérifiera ensuite si le virus SRAS-CoV-2 est présent dans le prélèvement en cherchant la potentielle présence de l’ARN du virus. Il faut compter entre 3 et 5 heures pour avoir les résultats qui seront communiqués au patient dans les 24 heures après la réalisation du test qui est fiable à “98% quand on prélève correctement”, précise François Blanchecotte, le président national du syndicat des biologistes, à Franceinfo.

700 000 tests hebdomadaires, un objectif “atteignable”

Concernant l’objectif de 700 000 tests hebdomadaires annoncé par Édouard Philippe, le président du syndicat national des biologistes, François Blanchecotte, estime que c'est un objectif “atteignable”. Pour cela, il faut un effort collectif. “Il faudra qu'on s'y mette tous, à la fois les professionnels de santé que sont les biologistes, les infirmières, mais aussi les médecins pour pouvoir prélever en quantité suffisante et dépister en masse”, prévoit-il. L’autre nécessité pour rendre ce chiffre possible est d’avoir suffisamment de matériel. “Il faut que l'on ait assez de réactifs et de machines. Normalement, une cellule de commande groupée État et professionnels s'est mise en place. On devrait avoir les effets assez rapidement, c'est-à-dire de voir arriver des commandes que nous avons passées”, conclut-il.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité