• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Déconfinement

L'Académie de médecine désapprouve le confinement obligatoire des plus fragiles après le 11 mai

L'Académie de médecine a publié un communiqué dans lequel elle juge stigmatisante le fait d'obliger les personnes âgées et fragiles à rester confinées après le 11 mai. 

L'Académie de médecine désapprouve le confinement obligatoire des plus fragiles après le 11 mai DimaBerkut/iStock

  • Publié le 19.04.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Lorsqu'il a annoncé l'éventualité d'un déconfinement à partir du 11 mai, Emmanuel Macron a précisé que “les personnes âgées, en situation de handicap sévère et les personnes atteintes de maladies chroniques” devraient encore rester chez elles. 

Cette interdiction a été sévèrement critiquée par l'Académie de médecine qui la juge stigmatisante : “L’amalgame entre personnes âgées, personnes en situation de handicap et personnes affectées par des maladies chroniques, compréhensible pour un statisticien, peut être très mal vécu par les personnes humaines ainsi cataloguées”, écrit-elle dans un communiqué plaidant “pour une méthodologie de déconfinement respectueuse de l’HumainLa tentation simplificatrice consistant à gérer cet épisode par tranches d'âge et à imposer aux personnes âgées, au nom de leur propre protection, de rester confinées, n'est pas satisfaisante.”

“Le consentement du patient”

Même si l'intention première de l'exécutif est de protéger ces personnes, “elle tend à en faire des citoyens de second rang”, estime l'Académie. Confiner les personnes âgées et fragiles pourrait “induire une souffrance et une désespérance dont on mesure mal l’impact, au-delà de ses conséquences physiopathologiques.”

Les médecins suggèrent donc que l'on recommande à ces personnes de rester chez elles, mais qu'on ne les y contraignent pas. “Un tel choix appartient à chacun ; il faut respecter ce qu’il est convenu d’appeler le consentement du patient.”

Trois principes

L'Académie de médecine propose de respecter les trois principes suivants : 

1. Inciter la population générale à la solidarité intergénérationnelle en continuant à appliquer en tous lieux et en tout temps les règles d’hygiène et les mesures barrière, incluant le port d’un masque grand public, qui contribueront à créer pour les personnes fragiles un environnement favorable ou à moindre risque ;

2. Considérer toutes les personnes présentant une fragilité de quelque nature que ce soit (âge, handicap, maladies chroniques) comme des personnes responsables et utiles à la société, et ne leur proposer que des recommandations, à l’exclusion de toute réglementation contraignante et arbitraire ;

3. Respecter dans tous les cas la décision du patient, issue du colloque singulier qu’il entretient avec son médecin.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité