• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Valvulopathies

Des dépôts de minéraux spécifiques dans les valves aortiques des femmes

Une chercheuse canadienne a découvert que les dépôts de minéraux dans les valves aortiques de patients atteints de sténose variaient fortement entre les hommes et les femmes. Pour l'autrice de l'étude, cette découverte souligne la nécessité de développer plusieurs approches diagnostiques et thérapeutiques, selon les différents profils des patients. 

Des dépôts de minéraux spécifiques dans les valves aortiques des femmes Paul Campbell/iStock

  • Publié le 26.04.2020 à 17h35
  • |
  • |
  • |
  • |


L'ESSENTIEL
  • Les dépôts de minéraux qui perturbent le bon fonctionnement des valves aortiques se font plus lentement chez les femmes
  • Cela démontre la nécessité d'une approche spécifique pour traiter la sténose aortique chez les femmes

Parmi les différences de santé entre les hommes et les femmes, les pathologies cardiaques figurent en tête de liste. On sait par exemple que la survenue d’une crise cardiaque ne se manifeste pas de la même manière chez un homme et que les signes annonciateurs s’avèrent plus discrets chez les femmes (car moins connus).

Une équipe de scientifiques originaires du Canada souligne une différence de plus dans les fonctions cardiaques des hommes et des femmes. Dans cette étude, la chercheuse Maria Cerruti, professeure au département de génie des matériaux de l’université McGill (Canada), a analysé les valves cardiaques endommagées de patients ayant subi une transplantation. Les examens ont été réalisés au Centre canadien de rayonnement synchrotron (CCRS) de l'université de Saskatchewan.

Publiée dans la revue Acta Biomaterialia, l'étude mentionne des différences considérables dans les dépôts minéraux retrouvés dans les valvules aortiques des hommes et des femmes atteints de sténose aortique. Cette maladie cardiaque potentiellement mortelle est causée par un rétrécissement de l'ouverture de la valve aortique.

"Nous avons découvert de façon inattendue que les minéraux sont différents dans leur composition et leur forme, et qu'ils poussent plus lentement chez les femmes, observe la Pre Cerruti.

Mieux tenir compte de la diversité des profils de patients

Selon la chercheuse, ces conclusions démontrent l'importance d'inclure davantage de diversité dans les méthodologies employées pour réaliser les recherches scientifiques. On sait par exemple que les essais cliniques ont été pendant longtemps exclusivement réalisés sur des hommes ou des modèles animaux mâles.

"Notre étude illustre parfaitement le fait qu'en n'examinant qu'une seule population spécifique, les données seront faussées. Avoir un ensemble de données plus diversifié améliore les connaissances", affirme la Pre Cerruti, qui souligne la nécessité de développer des approches diagnostiques et thérapeutiques différentes pour traiter la sténose aortique chez les hommes ou les femmes.

La chercheuse souhaite étudier plus en détails ce phénomène cardiovasculaire afin de mieux comprendre la composition précise des dépôts minéraux décelés dans les valves aortiques des femmes. "Il est possible qu'il y ait des moyens plus faciles de cibler ces minéraux et de les dissoudre chez les femmes", précise la scientifique. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité