• CONTACT
Publicité

QUESTION D'ACTU

Prouesse médicale

AVC : une équipe médicale réussit à restaurer le cerveau d’un rat

Les chercheurs ont reprogrammé des cellules cutanées humaines pour les transformer en cellules nerveuses et les ont ensuite transplantées dans le cerveau des rongeurs.

AVC : une équipe médicale réussit à restaurer le cerveau d’un rat Appledesign/iStock

  • Publié le 18.04.2020 à 15h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Un accident vasculaire cérébral peut provoquer des dommages irréversibles sur le cerveau. En France, c’est la première cause de handicap acquis de l’adulte. Partout dans le monde, des chercheurs tentent de trouver des méthodes pour “réparer” le cerveau après un AVC. En Suède, une équipe de recherche est parvenue à le faire chez des rats. Ils publient leurs résultats dans la revue spécialisée Proceedings of the National Academy of Sciences. 

Qu’est-ce qu’un accident vasculaire cérébral ? 

Un AVC est dû à l’obstruction ou à la rupture d’un vaisseau sanguin situé dans le cerveau. Les cellules nerveuses ne sont plus alimentées en oxygène et en éléments nutritifs, et décèdent petit à petit dans la zone touchée. Selon l’endroit où se produit l’AVC et son étendue, les conséquences seront plus ou moins importantes : chaque partie du cerveau est associée à une fonction. L’AVC peut ainsi avoir des conséquences sur la mobilité de la main, sur la parole ou encore la vue. S’il est étendu, il conduit à une paralysie de la moitié du corps, s’il est localisé, il bloque en partie ou en totalité une fonction, comme la mobilité du bras, la parole, la vue, etc. 

Une expérience concluante chez le rat 

Chez le rat, un AVC a des conséquences similaires. Les scientifiques de l’université de Lund ont précédemment constaté qu’il était possible de transplanter des cellules souches humaines dans le cerveau de rats victimes d’AVC. Dans cette nouvelle recherche, ils ont découvert que ces cellules peuvent recréer des connexions rompues dans le cerveau. Les chercheurs ont utilisé la technique des cellules souches pluripotentes induites : elle permet de reprogrammer génétiquement des cellules pour leur donner une autre fonction. Des cellules cutanées humaines ont été reprogrammées en cellules nerveuses, puis implantées dans le cerveau de rats ayant subi un AVC.

Six mois après la transplantation, nous avons constaté que ces nouvelles cellules ont réparé les dégâts causés par l’AVC sur le cerveau des rats”, conclut Zaal Kokaia, auteur de l’étude. Les rats ont pu retrouver leur mobilité et les sensations associées au toucher. “Nous avons vu que les fibres des cellules transplantées ont poussé de l’autre côté du cerveau, celui où nous n’avions transplanté aucune cellule, et que des connexions ont été créées”, ajoute le chercheur, lui-même surpris par ces résultats. Il espère pouvoir développer cette technique pour un jour peut-être, pouvoir l’employer chez l’homme. “Même s’il y a un long chemin à parcourir avant de pouvoir réussir”, tempère-t-il.

Un AVC toutes les 4 minutes 

En France, il y a plus de 140 000 AVC chaque année, soit un toutes les 4 minutes. D’après l’Inserm, l’âge moyen des patients est de 74 ans, mais il peut survenir aussi chez des personnes jeunes. Dans 40 % des cas, l’AVC conduit à des séquelles importantes. 

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité