Publicité

QUESTION D'ACTU

Un rien suffit à faire la différence

AVC : une prise en charge 15 minutes plus tôt pourrait sauver des vies

Prendre en charge un AVC quinze minutes plus tôt pourrait sauver des vies et éviter de nombreux handicaps.

AVC : une prise en charge 15 minutes plus tôt pourrait sauver des vies Diy13/iStock

  • Publié 18.07.2019 à 08h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Avec 40 000 morts par an, l’Accident Vasculaire Cérébral (AVC) est la troisième cause de mortalité en France et la première cause de handicap acquis de l’adulte. Toutefois, une nouvelle étude américaine parue dans JAMA lance une piste de réflexion intéressante pour changer la donne. D’après des chercheurs de l’Ecole de Médecine David Geffen d’UCLA et leurs collègues de cinq autres Instituts des Etats-Unis et du Canada, prendre en charge un AVC quinze minutes plus tôt pourrait sauver de nombreuses vies et fortement diminuer les handicaps. Sans surprise, les hôpitaux les plus fréquentés, ceux qui traitent plus de 450 AVC par an, ont de meilleurs résultats que les autres. 

Les chercheurs ont passé au crible les données de 6 756 patients âgés en moyenne de 71 ans ayant subi des AVC ischémiques. Ces derniers se produisent lorsqu'une artère cérébrale est obstruée, souvent en raison d'un caillot sanguin et/ou d'un dépôt graisseux causé par l'athérosclérose, et représentent 87% des AVC. Les scientifiques ont étudié le temps écoulé entre leur arrivée à l’hôpital et le début de leur traitement par thérapie endovasculaire. 

Résultat : pour chaque millier de personnes prises en charge quinze minutes plus tôt, 15 de moins sont mortes, 17 de plus ont pu quitter l’hôpital sans assistance et 22 de plus étaient autonomes après leur sortie. Les chercheurs ont par ailleurs découvert qu’il fallait en moyenne 1h27 d’attente entre l’arrivée à l’hôpital des patients et le début de leur traitement tandis que le temps moyen écoulé à partir de l’apparition de leurs symptômes était 3h50. 

"Les patients qui arrivent à l’hôpital à 2h devraient être traités à la même enseigne que ceux qui arrivent à 14h"

Autre observation intéressante : les hôpitaux qui pratiquent une thérapie endovasculaire sur plus de 50 patients par an sont plus rapides dans la prise en charge que ceux qui en traitent moins de 30. Par ailleurs, ce traitement a tendance à être retardé pour les malheureux qui ont des attaques pendant des "heures creuses", les weekend, les vacances et avant 7h et après 18h en semaine. 

En toute logique, les retards de prise en charge sont également plus fréquents pour les personnes qui vivent seules ou peinent à reconnaître les symptômes d’une attaque. Les plus courants sont : une faiblesse musculaire ou paralysie, un engourdissement d’un seul côté du corps ou une perte de sensibilité, des troubles du langages (difficultés soudaines à parler, impossibilité d’articuler, propos incohérents ou confus, difficultés à se faire comprendre) et une perte de la vision partielle ou totale. En France, rappelons qu’un seul de ces symptômes suffit à appeler le 15. 

"Nous essayons d’améliorer la prise en charge en mobilisant plus de personnel aux heures creuses et en faisant en sorte que les médecins arrivent plus vite à l’hôpital quand on les appelle", explique le Dr.Reza Jahan, co-auteur de l’étude et professeur de neuroradiologie à l’Ecole de Médecine David Geffen. "Les patients qui arrivent à l’hôpital à 2h du matin devraient être traités à la même enseigne que ceux qui arrivent à 14h", insiste-t-il. 

En France, la crise des urgences bat son plein 

D’après les chercheurs, il s’agit de l’une des plus larges études sur le sujet à avoir utilisé des données réelles au lieu de procéder à un essai clinique. S’appuyant sur ces résultats, l’Association américaine du coeur a déjà publié de nouveaux objectifs sur la vitesse à laquelle les patients devraient être pris en charge, se félicitent-ils. 

Cette étude intervient alors que chez nous, le secteur hospitalier est en crise. Depuis mi-mars, les personnels soignants des urgences enchaînent les grèves. Ils réclament 300 euros d’augmentation de salaire du gouvernement, l’arrêt de fermetures de lits et une augmentation des effectifs. Au quotidien, "c’est des brancards saturés, (des) locaux qui ne sont plus adaptés pour accueillir une population de plus en plus importante, c’est 10 h-12 h avant de voir un spécialiste, 6-7 h avant de voir un médecin", expliquait Candice Lafarge, représentante du collectif Inter-Urgences et aide-soignante à l’hôpital Saint-Antoine à Paris, en juin au micro de France Inter

Le 2 juillet, des soignants ont à nouveau manifesté partout en France pour "maintenir la pression sur le gouvernement" et tenter d’étendre le mouvement à tout l’hôpital d’ici la rentrée. 

Ce sujet vous intéresse ? Venez en discuter sur notre forum !
Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité