Publicité

QUESTION D'ACTU

Nutrition

Les céréales du petit-déjeuner pour les enfants sont toujours trop sucrées

Aux Etats-Unis, en dépit des programmes sanitaires instaurés, les céréales du petit-déjeuner commercialisées à destination des enfants restent trop sucrées. Ce, en raison de l’insuffisance des recommandations nutritionnelles en vigueur.

Les céréales du petit-déjeuner pour les enfants sont toujours trop sucrées Romrodinka/iStock

  • Publié le 07.03.2020 à 09h00
  • |
  • |
  • |
  • |


Le petit déjeuner est le repas le plus important de la journée. On ne cesse de nous le répéter, surtout pour les enfants. Malheureusement, ces derniers, gros consommateurs de céréales, sont exposés à des produits beaucoup trop sucrés, à faible teneur nutritive. Cela a été prouvé pour la France et c’est également le cas pour les Etats-Unis. En effet, d’après une étude parue ce mois-ci dans le Journal of Nutrition Education and Behavior, les enfants consomment plus de sucre que prévu, même quand ils mangent des produits commercialisés par des entreprises participant au programme sanitaire Children’s Food and Beverage Advertising Initiative (CFBAI). Ce, en raison de l’insuffisance des recommandations nutritionnelles en vigueur.

Dans leur étude, les chercheurs se sont concentrés sur le CFBAI, un programme d’autorégulation introduit en 2007 aux Etats-Unis qui guide les entreprises dans la promotion d’aliments et des boissons auprès des enfants de moins de 12 ans. Dans le détail, le CFBAI regroupe 18 entreprises qui produisent globalement 70 à 80% de la publicité destinée aux enfants.

La réglementation du CFBAI exige que les céréales pour petit-déjeuner annoncées aux enfants respectent certaines formes nutritionnelles. Elles doivent contenir moins de 200 calories et moins de 13 grammes de sucre ajouté par portion. Par ailleurs, les entreprises participant au CFBAI limitent l’utilisation de caractéristiques d’emballage attirantes pour les petits comme par exemple des jeux aux céréales contenant moins de 13 grammes de sucre par portion.

Les enfants “attirés par des céréales à plus forte teneur en sucre”

Malgré tout, les céréales censées répondre aux exigences du CFBAI contiennent en moyenne plus de sucre que les autres. “Les céréales explicitement listées comme satisfaisant aux exigences de la CFBAI contiennent en très grande majorité plus de 9 grammes de sucre par once (une once correspond à 28g, NDLR) bien au-delà des limites nutritionnelles pour un achat éligible dans le cadre du programme fédéral d'aide alimentaire WIC”, détaille l'autrice de l'étude, Sarah E. Vaala, de l'université de High Point (Etats-Unis).

Les céréales ayant la plus forte teneur en sucre affichent souvent sur leurs boîtes des astuces de marketing axées sur les enfants, comme les mascottes. Cela confirme les conclusions de recherches antérieures, poursuit la docteure. Sur la base de recherches antérieures, nous pensons que la fréquence de ces outils promotionnels sur des céréales relativement sucrées conduit à ce que davantage d'enfants soient attirés par des céréales à plus forte teneur en sucre.”

Les consommateurs confondent souvent ce qu'ils considèrent comme une portion individuelle et ce qui est indiqué comme la portion suggérée du produit, mangeant généralement plus que ce qui est recommandé pour une alimentation saine, renchérit l'auteur principal de l’étude, Matthew B. Ritter, chercheur lui aussi à l'université de High. De nombreux parents peuvent être induits en erreur par la teneur en sucre contenue dans le tableau nutritionnel de nombreuses boîtes de céréales prêtes à consommer, ce qui peut entraîner une consommation de sucre plus élevée que prévu chez les enfants.” 

Mettre en place un système de mesure standardisé 

Ainsi, cette étude aboutit à deux conclusions principales : un système de mesure standardisé pourrait permettre aux parents de prendre de meilleures décisions d'achat pour leurs enfants, et “les fabricants ne font pratiquement aucun effort pour promouvoir des options à faible teneur en sucre” pour les céréales pour petit-déjeuner. Inquiétant quand on sait que ces aliments sont les plus directement commercialisés auprès des enfants qui soient.

En France, une étude similaire est parue en mai dernier. Les travaux, dont les résultats sont parus dans le Journal of Public Policy & Marketing montraient à quel point les consommateurs avaient tendance à faire confiance au marketing en vigueur sur les boîtes de céréales, pourtant souvent mensonger. “Lorsqu'on achète des aliments emballés, il est devenu difficile de trouver des produits qui ne prétendent pas être sains pour une raison ou une autre (…) Si l'augmentation du nombre et de la visibilité des allégations alimentaires sur le marché reflète l'intérêt croissant des consommateurs pour la santé et le bien-être, elle soulève également des enjeux importants de santé publique”, notaient les chercheurs.

Un peu plus tôt, l’association nationale de défense des consommateurs et usagers notait à propos des boîtes de céréales françaises : “La très grande majorité des produits obtiennent la note de C ou D (sur le Nutri-Score) car ils sont trop sucrés. Autre constat, la part effective de céréales dans les produits indiquant la quantité globale de céréales est assez décevante. A partir du système Nutri-Score, qui répartit les produits en cinq catégories (A, B, C, D, E), il apparaît que 63% d’entre eux se trouvent dans la catégorie C et 28 % dans la catégorie D. La note D revient principalement pour certains pétales sucrés (88%) et céréales fourrées (74%)”, détaillait-elle.

Vous aimez cet article ? Abonnez-vous à la newsletter !

EN DIRECT

Publicité

LES MALADIES

J'AI MAL

Bras et mains Bras et mains Tête et cou Torse et haut du dos Jambes et pied

SYMPTÔMES

Publicité